Homélie mariage de Delphine et François

Publié le par Christophe Delaigue

Samedi 12 juillet 2014 – Basilique St Joseph (Grenoble)

Ph 4,4-9 / Ps 103 (102) / Mt 5,13-16

La question qu’il faut que nous nous posions, là maintenant, c’est celle de savoir ce que ces textes que Delphine et François ont choisis peuvent nous dire de ce que nous célébrons et ce qu’ils peuvent nous dire à nous, pour nous ; et puis ce qu’ils nous disent du sens du mariage et du fait que ce soit un sacrement c’est-à-dire un acte que nous posons, que nous célébrons, un acte de foi qui nous révèle quelque chose de Dieu et de ce qu’il attend de nous pour le rendre présent et pour le révéler, à notre mesure évidemment.

J’ai envie de laisser simplement résonner quelques mots de l’évangile qu’on vient d’entendre… Ce qui est à retenir c’est quand Jésus nous dit « Vous êtes le sel de la terre et la lumière du monde ». Jésus s’adresse à ses disciples, ceux qui ont décidé de le suivre, ceux qui ont fait le choix qu’il soit le guide de leur vie, un maître de sagesse et plus que cela, un maître spirituel. Si nous sommes chrétiens c’est donc à nous aussi que ces mots sont adressés et ils le sont tout particulièrement à vous, Delphine et François, comme couple décidant de s’engager en Eglise, avec Dieu comme partenaire et à la suite de Jésus. Par ces mots, Jésus vous adresse un appel, il vous envoie en mission. Cette mission c’est celle de donner goût à ce monde en apprenant déjà à être l’un pour l’autre ce sel qui révèle le subtil et les saveurs des jours qui passeront ; l’être l’un pour l’autre, le devenir l’un pour l’autre, pour ensemble l’être et le devenir pour ceux qui croiseront votre route. Être et devenir de ces personnes qui permettent à chacun de faire advenir, de faire éclore, ce qu’il y a de bon et de beau en soi.

C’est une vraie mission. Une mission que vous acceptez de vivre ou que vous décidez de vivre parce que vous vous aimez et que vous avez déjà découvert combien l’autre me permet de devenir moi-même. Et c’est une mission qui vous est confiée ensemble parce que c’est dans la complémentarité de ce que vous êtes et dans cette expérience de l’avoir vécu et de le vivre l’un par l’autre que vous pourrez trouver comme répandre autour de vous cet amour qui vous habite.

En ce sens vous devenez témoins du Dieu d’amour auquel nous croyons. Un Dieu qui n’est pas un Dieu magicien qui agirait à sa guise dans le monde ou sur commande, en réponses à toutes nos prières les plus contradictoires – par exemple qui donnerait la pluie à ceux qui la demandent en même temps que d’autres veulent du soleil ! –, mais un Dieu qui aime, qui reste discret car jamais il ne s’impose, un Dieu aussi qui a besoin de nos mains d’hommes et de femmes pour être présent à ce monde, un Dieu qui a besoin de nos voix pour être annoncé et que des paroles d’espérance et de vie soient adressées à ceux qui cherchent un sens à ce qu’ils ont à traverser, un Dieu qui a besoin de nos pieds et de nos jambes pour aller à la rencontre des uns et des autres. Mais un Dieu qui ne nous laisse pas seuls, un Dieu qui non seulement envoie ses disciples en mission deux par deux mais aussi qui promet sa force de vie qu’est l’Esprit Saint, son souffle de vie et d’amour qui est promis et donné à qui le demandera, ce souffle de vie et d’amour que nous invoquerons dans quelques instants pour vous Delphine et François.

Ensemble vous êtes pour nous, déjà, témoins de ce Dieu en décidant de l’associer à votre engagement. Et Dieu s’engage. Pas de façon magique – vous n’aurez pas moins de questions et même d’épreuves que des couples non chrétiens – mais vous savez que vous pourrez vous appuyer sur lui et qu’il sera là, même dans son silence apparent et parfois insupportable. Il sera là, dans le secret des cœurs quand vous le prierez, c’est-à-dire quand vous prendrez le temps et le soin de lui confier vos joies et vos peines, vos questions et vos révoltes, vos doutes aussi ; quand vous prendrez également le temps du silence et de l’écoute intérieure pour entendre les appels de la vie qu’il dépose en chacun de nous. Et il sera là dans toutes ces rencontres et ces évènements qui seront de l’ordre de la vie, chaque fois que l’un et l’autre vous vous donnerez de vous relever, chaque fois qu’autour de vous quelqu’un sera là pour vous ouvrir à nouveau à la confiance, chaque fois que vous serez aussi de ceux qui prennent soin de celles et ceux qui vous entoureront.

Votre vie de couple ne sera pas plus un long fleuve tranquille que pour d’autres mais vous vous engagez aujourd’hui dans cette confiance et cette espérance qui peut être une force et un vrai moteur de vie qu’avec Jésus, quoi qu’il arrive, la vie et le don de soi par amour jusqu’au bout sont plus forts que tout mal et que toute mort. C’est notre foi. Puissiez-vous et puissions-nous tous y croire, et donc nous appuyer là-dessus, et puissions-nous du coup être les uns pour les autres des témoins de cela et des soutiens concrets quand il le faudra. Comme le dit d’ailleurs l’évangile qu’on vient d’entendre : « que votre lumière brille devant les hommes, alors, en voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux »

Je vous propose que nous prenions maintenant le temps du silence, juste pour laisser résonner ces quelques mots et entendre chacun pour nous, chacun à notre mesure, cet appel que Jésus nous adresse aujourd’hui par Delphine et François : « Vous êtes le sel de la terre et la lumière du monde »… Dans l’évangile de Jean c’est le Christ qui est appelé la lumière du monde ; alors je prie pour qu’il soit le compagnon de nos vies, celui qui nous éclaire par sa Parole et dans la prière, qu’il soit vraiment le compagnon de nos vies dans le mystère de sa présence que nous célébrons dans l’eucharistie, et dans cette confiance qu’il est vraiment présent à nos côtés et donc avec vous, Delphine et François.

Publié dans Homélies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :