Homélie 30 ans de mariage

Publié le par Christophe Delaigue

Samedi 23 août 2014 – Crolles

Col 3,12-17 / Ps 33 / Jn 15,1-8

Qu’est-ce que nous allons retenir, chacun, là où nous en sommes de notre foi ou de nos questions sur le sens de la vie, qu’est-ce que nous allons retenir pour nous de ces textes qu’on vient d’entendre et que Luc et Marie ont choisi de nous partager ?

Vous avez remarqué que le style est très différent, je trouve, entre un St Paul plutôt concret, plutôt dans le conseil pour le vivre ensemble au nom de notre foi et cette belle page d’Evangile de St Jean plus imagée et qui, ce matin quand je préparais ces quelques mots, m’a à la fois touché mais aussi interrogé en me disant : comment ça va parler à chacun de nous, y compris ceux parmi nous qui n’ont pas forcément notre foi ou qui n’ont pas forcément l’habitude de ce genre de textes… C’était ma question…

Dans cette page d’évangile, c’est Jésus qui nous parle. Il est la vigne, dit-il. Et nous sommes les sarments. Je n’y connais pas grand chose en vigne mais ça veut dire que Jésus n’est rien sans nous. Pour dire vite, nous sommes ensemble cette vigne dont il parle, cette vigne qu’il est. St Paul, avec d’autres images, dira dans une de ses lettres aux chrétiens de Corinthe, que nous sommes le Corps du Christ, le Temple de l’Esprit, chacun un membre, chacun une pierre de l’édifice. Nous sommes ensemble la vigne qu’est Jésus. Et c’est pour cela qu’il nous invite à porter du fruit.

Je m’explique. Qui est Jésus ? Jésus est la présence de Dieu, Celui qui nous révèle que Dieu est là et qu’il veut sauver tous les hommes, que Dieu veut se faire proche des petits et de ceux qui souffrent, concrètement ; Jésus nous révèle qui est Dieu, un Dieu qui aime, qui aime jusqu’au bout, jusqu’à nous laisser libre de ne pas croire en lui et de ne pas lui faire une place à nos côtés, un Dieu qui pardonne et qui nous attend patiemment, un Dieu qui croit que quoi qu’il arrive il y a en chacun de nous du bon et du beau qui est là, qui est à faire éclore et à faire grandir. Jésus est venu révéler tout cela, et à sa suite il nous invite à le révéler nous aussi. Être témoins pour ceux qui nous entourent qu’il y a un Dieu qui est là, une présence aimante, silencieuse c’est vrai, et imperceptible souvent, mais réelle. Être témoins en paroles et en actes, concrètement, de ce Dieu qui aime et qui croit en l’homme.

Nous sommes la vigne. Le Christ a besoin de nous pour dire et vivre tout cela. Pour porter du fuit, dit St Jean. Un fruit d’évangile, c’est-à-dire un fruit d’amour. Jésus le dit d’ailleurs à plusieurs reprises dans les évangiles : notre mission c’est d’aimer, aimer Dieu et nous aimer les uns les autres. Dans la suite de l’évangile de Jean, quelques versets après ce qu’on vient d’entendre, Jésus va insister : Demeurez dans mon amour ; pour cela gardez mes commandements ; mon commandement c’est de vous aimer les uns le autres…

Nous sommes appelés à aimer. Aimer comme le Christ. Aimer au nom du Christ et au nom de Dieu. La question ce sera qu’est-ce qu’aimer, comment aimer ? Aimer l’autre c’est lui donner la force de grandir. Aimer, c’est ouvrir un avenir à l’autre, c’est vouloir lui ouvrir un avenir, c’est essayer… L’autre quel qu’il soit. Mon conjoint, mon enfant, mon voisin, mon collègue de travail, mon ami ; mais aussi l’autre qu’est celui que je ne comprends pas ou celui qui m’a fait du mal. Aimer. Aimer comme le Christ, comme Dieu, c’est-à-dire dans cette confiance qu’il nous faut lui demander sans cesse que chacun a quelque chose à apporter et à offrir à ce monde, quelle que soit son histoire, sa foi, son chemin de vie. Et croire que nous devons nous porter les uns les autres, nous soutenir, pour faire éclore ou grandir cela.

Parmi nous, parmi les disciples de Jésus, certains reçoivent la mission particulière de nous rappeler cet appel à aimer et de nous rappeler que nous sommes pour une part mais concrètement les mains de Dieu pour l’autre, ces mains qui vont prendre soin ; que nous sommes pour une part la voix de Dieu qui va réconforter et tenter de dire des paroles de vie et d’espérance. Ceux qui reçoivent cette mission, ce sont vous tous les couples qui avez choisis un jour de vivre le sacrement du mariage. Ce jour là, que ce soit hier ou il y a 30 ans ou plus encore, vous avez été témoins que Dieu est là, que Dieu nous aime, que Dieu a besoin de nous concrètement pour que nous prenions soin le uns des autres. Et que c’est cela porter du fruit, que c’est cela être disciple de Jésus. Vous en avez été témoins en décidant de le vivre concrètement dans une famille à faire grandir, dans cet engagement qui nous dit à tous et nous rappelle qu’en fait nous avons tous à le vivre, quel que soit notre état de vie et notre chemin.

Alors comment aimer ? Tout simplement, ai-je envie de dire, en essayant, petit à petit, de vivre ce que St Paul nous a partagé dans la première lecture. Et en demandant inlassablement à Jésus, si nous sommes croyants, qu’il nous donne sa force d’amour pour y arriver ; qu’il nous donne son Esprit Saint, dans la prière, et sa présence, notamment dans l’eucharistie. Qu’il nous donne d’arriver petit à petit à aimer en vérité, à vouloir prendre soin de l’autre qui m’a contrarié ou qui me renvoie à mes propres faiblesses, à pardonner aussi, et à nous revêtir de patience et de tendresse pour nous supporter et du coup nous soutenir.

Nous savons tous que ce n’est pas toujours facile, mais c’est possible et c’est chemin de bonheur. C’est bien ce que nous voulons célébrer aujourd’hui avec vous, Luc et Marie. Vous en êtes tout simplement et à votre mesure des témoins pour nous aujourd’hui en nous invitant à rendre grâce comme St Paul nous y a invité dans la 1ère lecture. Alors oui, avec vous nous rendons grâce ; rendons de ce que vous êtes et de ces 30 ans passés, et plus largement nous rendons grâce chacun de ce que Dieu et la vie nous donnent de bon et de beau à vivre.

Publié dans Homélies