Gemma Bovery

Publié le par Christophe Delaigue

Gemma Bovery

Si vous aimez Fabrice Luchini (son jeu, évidemment) et si vous aimez l'idée que la littérature se croise au cinéma ou plutôt que la fiction (celle du film) nous fasse entrer dans la rencontre entre réel (de l'histoire jouée) et fiction (de la littérature), alors vous allez aimer ! J'ai vraiment aimé. Je dirais que j'ai aimé tout simplement, au sens ou c'est plaisant, à la fois drôle par moment et dramatique aussi. En plus c'est très bien filmé, les visages notamment et les regards, dont ceux de Fabrice Luchini ; et plus largement les attitudes, les émotions, les sentiments.

C'est parfois un peu exagéré, de façon passagère ? Peut-être. Un peu, ci ou là. C'est un peu longuet à certains moments ? Peut-être aussi, quoi que...

Martin Joubert, le héros, a rejoint sa Normandie natale où il a repris la boulangerie paternelle. Il vit avec sa femme et son fils. Leurs nouveaux voisins, les Bovery, sont anglais. C'est une jeune couple, Charly et Gemma. Et voilà Martin complètement fasciné ! Fasciné par la "ressemblance" de situation et de noms avec ce roman de Flaubert qui le fascine, "Emma Bovary" ! Et fasciné par cette femme, Gemma !

Le voilà fasciné aussi par l'entrelacement qui se produit entre le réel et la fiction, celle-ci influant sur celui là ? C'est bien vu, et c'est très bien ponctué par la musique, originale de part son caractère hétéroclite. Un bon petit moment de cinéma en tout cas, signé Anne Fontaine.

La bande annonce, par ici...

Publié dans Cinéma