Une nouvelle amie

Publié le par Christophe Delaigue

Une nouvelle amie

Ceux qui suivent d'un peu près ce blog savent ou ont compris que pour ce qui concerne le cinéma je publie quelque chose quand j'ai aimé ou si ça m'a intéressé, mais que sinon je préfère m'abstenir. Mon but n'est pas de jouer au critique de cinéma mais de partager ce qui me paraît digne d'être vu parce, à mon avis, digne d'intérêt - soit d'un point de vue esthétique, cinématographique, soit pour comprendre le monde dans lequel nous sommes oui ce qu'est, qui est, l'homme (au sens de notre humanité et ce qui fait notre vie).

Avec ce film de François Ozon je suis entre deux... Entre deux eaux, entre deux sentiments et appréciations... Pour dire vrai je me suis demandé plusieurs fois pendant la projection si je n'allais pas sortir de la salle, ce qui m'arrive très rarement car je reste souvent bon public quand même. Mais là... pas bien évident de dire...

Parce que là ça m'agaçait parfois ; par exemple le côté quasi caricatural de certaines scènes ou plutôt dans la façon de jouer certaines scènes ou certaines attitudes... Et ça m'agaçait aussi à cause du décalage, à mon sens, entre la bande annonce qui m'avait donné envie et la réalité du sujet traité, certes suggéré pour une part si on y prêtait attention mais pas de là à imaginer qu'il serait en fait le thème même et la trame même du scénario...

Car de quoi s'agit-il ? Claire et David doivent faire le deuil de Laura. Pour Claire, Laura est sa meilleure amie, depuis l'enfance, sa confidente, sa quasi sœur, et la mère de Lucie sa filleule. Pour lui, David, Laura est sa femme, la mère de sa fille, celle qu'il a aimée vraiment et qui l'a visiblement aimé. Sauf qu'on découvre très vite que David aime s'habiller en femme et même, en fait, qu'il aime(rait) être une femme. Son amour pour Laura et leur vie ensemble le lui avait fait oublier. Sa mort réveille cela en lui. Aimait-il en elle la femme qu'il aurait voulu être ou veut-il devenir la femme qu'il aimait, Laura, et qu'il a perdue ? Peut-être que ce n'est pas la question... ?

Et Claire qui découvre cela, à quoi joue-t-elle en acceptant l'amitié de David ou plutôt de celle qui s'appellera désormais Virginia ? Que transpose-t-elle de son amitié pour Laura ou que cherche-t-elle de Laura ou d'elle-même dans cette histoire qui devient ambiguë ?

Tout le long du film me venait en tête ce titre d'un livre de Xavier Lacroix, sur l'homosexualité je crois, La Confusion des genres... Il me semble que ça irait bien pour ce film... Un film qui est intéressant pour ce sujet qu'est celui de la vie visiblement compliquée des personnes transsexuelles... C'est pour la façon de traiter ce sujet que je suis resté jusqu'au bout... Mais j'ai hésité plusieurs fois à sortir, vous l'aurez compris...

Après, côté cinématographique, je crois que c'est plutôt bon, et par exemple la bande son est très belle. Ceci dit Romain Duris était-il le plus à même, physiquement, de jouer le rôle de David, lui qui a les traits si durs et si masculins ? C'est pour renforcer ce côté caricatural qui m'a énervé tout le long du film ? Personnellement j'ai mieux aimé le jeu d'Anaïs Demoustier, même si certaines attitudes ou expressions étaient un peu forcées je trouve, à l'image aussi de Raphaël Personnaz qui joue le mari de Claire... Sur tout cela, avis aux spécialistes que je laisserai seuls juges...

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :