La Bible, un récit (de salut) et une histoire d'amour...

Publié le par Christophe Delaigue

La Bible, un récit (de salut) et une histoire d'amour...

"Nous aimons tous les histoires d'amour. L'amour n'a pas besoin de preuve ou de justification : sa vérité se suffit à elle-même. Le récit du salut est la plus belle et la plus longue histoire d'amour qui soit. Mais il ne s'agit pas d'un amour à l'eau de rose.

Si ce récit est dramatique, c'est aussi parce qu'il est le récit d'un amour ; d'un amour passionné, jaloux, fort comme la mort de la part de Dieu ; d'un amour fragile, versatile et sujet à toutes les infidélités de la part des hommes. Le drame du salut invite à ne pas identifier trop vite amour et bonheur. Certes, l'amour conduit au seul bonheur qui soit. Mais les traverses de l'amour ne sont-elles pas ce qui nous fait le plus souffrir ?

Il est difficile d'apprendre à aimer et d'aimer. L'amour n'est pas de l'ordre du baiser Lamourette, embrassade éphémère qui ne portait pas en elle les exigences d'une véritable réconciliation. C'est pourquoi j'ai employé cette double formule pour exprimer les deux mouvements de la médiation du Christ : selon la médiation descendante, en Jésus Dieu aime l'homme à en mourir ; selon la médiation ascendante, en Jésus l'homme aime Dieu a en mourir.

Ce livre [de la Bible] raconte donc une histoire d'amour, plus belle que toutes les histoires d'amour humain dont elle saura d'ailleurs emprunter le langage. Dieu est l'époux de son peuple ; Jésus est le fils du Roi qui vient célébrer ses noces avec l'humanité ; l'eglise est l'épouse en même temps que le corps du Christ. Ce langage est vrai et fort, mais il passe par la mort."

Bernard Sesboüé, Jésus-Christ l'unique médiateur, vol. 2, Les récits du salut, Desclée, coll. Jésus et Jésus-Christ n°51, 1991, p.30-31.

Publié dans Théologie, Méditations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :