Le coeur de la foi ?

Publié le par Christophe Delaigue

Hier soir en paroisse et même en doyenné, rencontre sur la question des propositions de 1ère annonce (de la foi) que nous pourrions faire pour des personnes en questionnement ou pour un parcours ou des rencontres pour des parents qui ont demandé le baptême pour un enfant ou qui l'ont inscrit au caté ou pour des couples qui viennent de se préparer au mariage et qui voudraient aller un peu plus loin sur ces questions là.

Et m'est venu cette question : si je devais dire en quelques mots ou quelques lignes le coeur de ma foi, de façon simple et claire, pour des gens qui ne "savent" pas (ou qui ne "savent" pas trop), je dirais quoi ?

C'est un essai...

J'aimerais qu'ils entendent qu'il y a un Dieu qui est là, qui existe, même s'ils n'en ont pas forcément conscience ou pas une conscience claire, qu'il y a comme une présence que je peux éventuellement ressentir, qu'il y a en moi comme une voix intérieure et que Dieu est peut-être de cet ordre là...

J'aimerais qu'il entendent que ce Dieu m'aime, nous aime. Que ce Dieu nous a créé, ce qui veut déjà dire que les choses en ce monde ont un sens, que nous ne sommes pas le fruit d'un grand hasard. Que ce Dieu il est là et qu'il peut cheminer avec nous (mais il nous laisse libre) ; qu'il nous invite à nous aimer, à apprendre à nous aimer quoi qu'il arrive, aimer et pardonner, que c'est un chemin de bonheur et de paix. Et que tout ça, c'est Jésus qui me l'apprend, qui nous le révèle, Jésus qui est son envoyé et même le Fils de Dieu, celui que Dieu avait promis au cours de sa révélation progressive au peuple d'Israël, Jésus dont les 1ères communautés chrétiennes ont fait l'expérience étonnante et mystérieuse qu'il est ressuscité ; Jésus qui nous révèle par là que ce Dieu, quoi qu'il arrive, veut pour nous la vie et qu'il nous dit, par la résurrection, que quoi qu'il arrive, avec lui et avec Jésus ressuscité, la vie est et sera plus forte que tout mal et que la mort.

J'aimerais qu'il entendent que c'est un mystère, quelque chose que je peux pressentir, quelque chose qui est à accueillir non pas comme des vérités toutes faites mais dans une confiance qui peut être un vrai moteur de vie et d'espérance, et du coup un chemin de bonheur.

...

Et vous, vous diriez quoi ?

Publié dans Méditations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :