L'esprit inversif du Christ

Publié le par Christophe Delaigue

 

Marc Cholin est prêtre du diocèse de Grenoble-Vienne, bibliste (il a étudié à l'Ecole biblique de Jérusalem), et connu dans le presbyterium pour son souci d'une pastorale d'évangélisation qui soit exigeante (positivement) car vraie, c'est-à-dire en adéquation avec le sens de ce que nous voudrions offrir aux personnes comme chemin de vie, et pas juste gentille car accueillante avec le sourire. Il voudrait que les personnes qui viennent demander le sacrement du baptême pour leur enfant ou le sacrement de mariage rencontrent Jésus, entendent ses appels, vivent à sa suite, c'est-à-dire (re)deviennent chrétiens au sens fort d'entrer dans une vision de la vie qui soit la sienne, avec son regard à lui qui voit souvent les choses autrement que nous (comme le suggère le sous-titre de ce livre : "De la pertinence de voir les choses à l'envers").

Au fil de ces pages Marc Cholin nous offre à la fois une méditation-confession de foi de qui est justement Jésus, ce qu'il propose, ce à quoi il nous invite (c'est la première partie), avant de partager (en seconde partie) des convictions pastorales sur les sacrements qui sont en pastorale un lieu d'évangélisation possible, notamment le sacrement du mariage et celui du baptême. Il interroge également le sacrement du pardon pour lequel il trouve la pastorale actuelle défaillante et celui de l'eucharistie que vient rencontrer la difficile question des divorcés-remariés (c'est sa porte d'entrée pour nous dire en quelques pages rapides quelques convictions profondes qu'il a sur ce sacrement de la présence du Christ).

Ces pages sont assez incisives, volontairement courtes pour qu'un plus grand nombre puisse sans doute y avoir accès. Parfois un peu rapides du coup, avec des phrases-raccourcis qui mériteraient parfois quelques nuances ou plutôt quelques explications car peuvent-elles être ainsi bien comprises ? Mais l'intérêt c'est vraiment pour notre auteur de nous partager à la fois qui est le Christ pour lui, dans l'originalité de son identité et de son message et dans cet esprit "inversif" qui le caractérise, mais aussi les questions pastorales qui traversent sa pastorale de prêtre en paroisse, de façon plutôt claire quand même, non sans quelques pointes ou phrases de l'ironie qu'on lui reconnaît bien (mais qui peut renforcer cette idée de raccourcis parfois). Du coup, ce livre est-il aussi grand public que j'en avais spontanément l'impression, je ne saurais vraiment.

Ceci dit, le plus important est sans doute ce que le titre dit déjà et qui est bien résumé en ce quelques mots tirés des dernières phrases de la conclusion : "La culture d'inversion constitue l'originalité de la religion chrétienne. Elle doit être exposée lors de l'initiation chrétienne"... Le sous-titre renforce cela : "De la pertinence de voir les choses à l'envers" ; ce que nous apprend le Christ, nous montre Marc Cholin, ce qu'il voudrait que nous osions vivre en pastorale pour mieux attester de notre foi, nous dit-il en fait.

Notons enfin - et c'est tout Marc ! - que ces pages empreintes de citations de la Bibles sont aussi ponctuées de quelques dessins (que certains pourraient trouver un peu grossiers mais qui ont leur charme) et conclues par un petit chant tel une petite mélodie que l'auteur nous fredonne à l'oreille pour conclure.

---------------

Marc Cholin, L'esprit inversif du Christ. De la pertinence de voir les choses à l'envers, Salvator, coll. Forum, avril 2015, 139 pages (petit format), 16,90 €.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :