Le pape François et son appel écologique

Publié le par Christophe Delaigue

Le pape François et son appel écologique

Mercredi soir 23 septembre le CTM (Centre théologique de Meylan-Grenoble) faisait sa rentrée officielle avec sa conférence inaugurale. C'est Patrice de Plunkett, journaliste et blogueur, qui était invité pour nous parler de l'encyclique Laudato Si´ du pape François.

De très très nombreuses personnes étaient présentes au point que l'Espace polyvalent était à son comble, ainsi qu'une pièce adjacente avec retransmission du son, sans parler es nombreuses personnes debout dans le fond des salles ou dans les couloirs et celles assises par terre dans les allées.

Après l'intervention de Patrice de Plunkett la parole était laissée pour deux contrepoints à Jacqueline Le Diguer'her, théologienne moraliste et membre de l'équipe théologique du CTM, et à Pierre Bréchon, professeur à Sciences Po Grenoble et intervenant associé au CTM.

je vous partage ici mes notes de la contre ce de Patrice de Plunkett dont le texte intégral devrait être disponible dans quelques jours sur le site du CTM (http://www.ctm-grenoble.org).Ces notes, évidemment, n'engagent que celui qui les a prises...

pour ceux qui veulent visiter le blog du conférencier : http://plunkett.hautetfort.com.

---------------

Patrice de Plunkett, 23 septembre 2015

Le miracle... Dès sa parution cette encyclique fait miracle : elle met d'accord Libération et Le Figaro et même Le Monde diplomatique !!

Les non catholiques n'imaginaient pas que l'Eglise avait tant à dire sur les questions écologiques et sur les questions économiques. Et beaucoup de catholiques ne s'attendaient pas à tant de précision et un avis aussi tranchant sur ce qu'il faudrait changer ; et ils ne s'attendaient pas non plus à une telle réception par des non catholiques.

Cela met en lumière dans notre foi des dimensions, des implications, des perspectives qui étaient déjà là depuis longtemps mais dont on n'avait pas forcément conscience.

- Chapitre 1 : constat réaliste, objectif et préoccupant sur l'état dans lequel nous mettons notre Terre, avec la question climatologique et les aspects anthropiques (y compris socio-économiques) qui accentuent le problème. Le pape appelle à se mobiliser.

- Chapitre 2 : le discernement, par la mise en lumière du lien intérieur entre la création, le Créateur, et la responsabilité de l'humanité : Dieu nous a confié la Terre pour en prendre soin et permettre à tous les humains de vivre.

- Chapitre 3 : la vie et l'activité humaine, diagnostiques qui montrent que la nature humaine et l'environnement sont inséparablement mis en danger l'emprise économique du modèle dominant (la croissance infinie et illimitée).

- Chapitre 4 et 5 : des remèdes par une écologie intégrale (nouveau concept qui vient chambouler les débats habituels) : on ne peut continuer de faire au l'homme ce qu'on ne peut plus faire à la nature ! Pas deux crises, une environnementale et l'autre sociale, mais une seule, socio-environnementale. Favoriser une économie de proximité et moins consumériste et de produits durables ; le pape parle de logement, de démission des politiques, de bio-carburants, de pauvreté et misère dans le monde, de défense de la vie, etc. Le pape appelle même à la mobilisation populaire dans la rue et au boycott des produits des multinationales ! Il invite également à redéfinir le progrès.

- Chapitre 6 : éducation et spiritualité écologique. Le pape se veut positif et plein d'espérance sur la capacité de l'homme à changer dans nos styles de vie qui pourrait permettre d'exercer une pression sur ceux qui détiennent le pouvoir. Au passage le pape n'hésite pas à bousculer les "bons chrétiens" qui ne se décident pas à changer leurs habitudes et qui ont besoin d'une conversion écologique qui jaillit du cœur de la foi chrétienne et des appels de l'évangile à prendre soin des frères et sœurs de ce monde.

Le pape appelle à un nouveau paradigme économique. A une libération qui a un solide fondement judéo-chrétien, qui nous vient de la tradition biblique.

Gn 1,28 : il ne s'agit pas de la croissance au sens moderne mais d'un élan vital de l'humanité dans un appel à prendre la responsabilité de la Terre (la cultiver et la garder dit Gn 2, pas la détruire et la saccager). Mais la suite : le péché, l'oubli par l'homme qu'il n'est pas le maître tout puissant, qu'il est une créature comme d'autres, avec un rôle particulier mais une créature quand même.

Quelle planète laisserons-nous à nos enfants ? Et d'ailleurs, quels enfants laisserons-nous à notre planète ?

Il y a une unité profonde entre les créatures que nous sommes et le reste des la création. Un certain nombre des mystiques et de théologiens des siècles le disaient déjà, ainsi que les papes Jean-Paul 2 et Benoît 16.

L'incarnation du Christ nous tend vers l'accomplissement de l'histoire, la transformation de l'univers par la venue du Christ en Gloire. La fin des temps ne sera pas la fin du monde mais sa transfiguration en Christ Roi de l'univers. La résurrection commencera par l'homme et entraînera le monde dans une réelle solidarité plénière entre l'homme et la création. Il n'y aura pas une libération de l'âme et de l'esprit de la matière, ça c'est dans les spiritualité sur orientales qui lient la souffrance à la matière.

Nous avons à gérer la Terre en vue de l'attente eschatologique qui doit nous tendre, dans une marche en avant, une transformation constante du vieil homme en homme nouveau et dans un travail de transformation de ce monde.

Le pape nous appelle à une révolution culturelle courageuse (culturelle au sens des mentalités et des habitudes concrètes). Il demande un retournement, un changement radical d'orientation collective, commençant au plus simple par notre changement à chacun des regard et de pratiques dans la vie quotidienne et par propagation par cercles concentriques qui permettrait d'envisager une nouvelle civilisation.

Trois points conclusifs :

1. Les diagnostiques et les propositions du pape dans le domaine écologique, économique et social, ne font que traduire les appels des la révélation judéo-chrétienne

2. Il ne s'agit pas de diluer la foi dans l'action mais faire de cette action un champ d'évangélisation.

3. Tout cela est-il de l'utopie ? En Lc 17 il nous est dit que rien n'est impossible avec la grâce de Dieu. L'écho de réception de cette encyclique dans le monde incroyant en est comme un signe des temps !

--------------

Le pape François et son appel écologique

Pour ceux qui veulent aller plus loin...

Je me permets de vous inviter à lire une autre conférence de Patrice de Plunkett qu'il a donnée le 31 octobre 2014 à Lyon lors du rassemblement Les alternatives catholiques et qui vient d'être publiée en version augmentée sous forme d'un petit livre percutant ! Il y aborde quelques autres points de ce qu'il appelle (comme le pape François d'ailleurs) l'écologie intégrale, le transhumanisme par exemple (1ère partie de cette autre conférence) ; et il y redit aussi un certain nombre de choses entendues et rappelées lors de sa conférence au CTM et qu'on peut ainsi relire avec ses mots à lui (seconde partie).

C'est édité en petit livre format poche sous le titre Cathos, écolos : mêmes combats ? Les catholiques face aux enjeux de l'écologie (Éditions Peuple libre, collection "Les Altercathos", 80 pages, 10 €).

Le texte de la conférence est plutôt court et incisif, percutant dans le ton ; il est prolongé par une seconde partie de livre intéressante en ce sens qu'elle reprend un certain nombre de textes soit que notre auteur cite en passant sois qui sous-tendent son discours.

Une bonne façon de poursuivre la réflexion... avec ce même auteur...