Homélie dimanche 8 novembre 2015

Publié le par Christophe Delaigue

32ème dimanche du Temps Ordinaire / Année B

Le Sappey (samedi soir, avec l’Arche de Jean Vanier) / St Jean-Baptiste BJ [Journée paroissiale des Fraternités locales]

1R 17,10-16 / Ps 145 (146) / He 9,24-28 / Mc 12,38-44

On vient d’entendre trois textes… Entre le premier et l’évangile, le lien c’est cette veuve dont il est question dans l'un et l’autre des deux récits ; et c’est surtout l’attitude de cette veuve avec Dieu, je vais y revenir.

Au milieu, il y a eu cet extrait de la lettre aux Hébreux. C’est un texte qui est un peu compliqué parce que c’est une sorte de condensé, mais on va essayer d’en retenir une chose à savoir que Jésus, le Christ, a donné sa vie pour nous, une fois pour toutes ; et que par sa mort, par ce sacrifice – au sens religieux du terme – c’est-à-dire par le don de sa vie jusqu’au bout, il nous libère de l’emprise du mal et du péché. Non pas que nous n’allons plus pécher ou qu’il n’y a plus de mal, mais qu’avec lui, Jésus, c’est la vie qui est et qui sera victorieuse, qu’avec lui, Jésus, et par lui, un salut est promis. Le salut c’est la libération de ce qui nous empêche de vivre pleinement.

Je n’en dis pas plus sur ce texte là ; et je vous propose qu’on regarde ensemble ce qui nous est donné à entendre dans l’évangile.

Il y a comme deux histoires : une avec les scribes et une avec cette petite vieille qui est veuve et qui a l’air plutôt très pauvre. Et au cœur de chacune de ces deux petites histoires, il y a une réaction de Jésus ; deux réactions qui, je crois, s’éclairent mutuellement.

On pourrait dire qu’il y a une histoire de regard – de regard sur le monde qui nous entoure et de regard de Dieu – et une histoire de confiance…

Le groupe des scribes c’est un groupe de personnages qui, dans notre texte, a un peu tendance à être du style « m’as-tu vu » : ils aiment qu’on les voit, qu’on les remarque ; et même que sans doute ils font tout pour cela pour montrer qu’ils sont des gens biens, des gens qui font tout comme il faut, de bons croyants-pratiquants : non seulement ils sont super calés en matière de questions religieuses, notamment ils connaissent très bien la Bible, mais en plus ils sont généreux, au nom de leur foi ; et puis ils prient beaucoup et ils font sans doute plein d’autres choses très bien… Le problème de ces scribes, c’est qu’ils sont sur le registre des apparences, un peu comme un rôle qu’on joue. Et le pire c’est que ça marche ! On les remarque et on les regarde. Ça marche tellement bien et c’est en fait tellement naturel spontanément que parfois nous aussi on fonctionne un peu pareil : soit dans notre façon d’être et de vouloir en mettre plein la vue aux autres, y compris dans notre façon d’être donné ou au service, soit dans nos rapports entre nous, par exemple dans notre façon de nous juger les uns les autres. En fonction des apparences…

En face des scribes, il y a cette veuve, celle que visiblement personne ne voit. D’ailleurs elle n’a pas grand-chose à montrer ni à donner. Du coup elle n’est pas très intéressante. Je me disais même qu’elle a tellement pas grand-chose à donner qu’on l’imagine bien tout faire pour être sûr qu’on ne la remarque pas…

Jésus, lui, il la voit. Parce que Jésus il n’en reste pas aux apparences… Pas besoin de vouloir se montrer pour qu’on voit qu’on est des gens bien ou d’être démonstratif dans notre vie spirituelle pour que Dieu nous remarque ; non, nous serions sur le registre du paraître... Jésus il est celui qui sait voir les autres comme ils sont, y compris ceux qu’on ne voit pas ou qu’on ne veut pas voir, y compris aussi ceux que spontanément ou inconsciemment nous jugerions comme n’ayant pas forcément beaucoup d’intérêt… Jésus il voit chacun car il fait attention à chacun ; il sait que Dieu voudrait prendre soin de nous tous, alors forcément il est attentif aux autres et à la beauté que tous nous avons en nous.

Si nous sommes chrétiens, notre mission c’est de vivre comme le Christ, comme Jésus ; c’est de vivre à sa suite, à son exemple. Jésus il nous révèle que Dieu aime chacun et notamment les plus petits, ceux qui souffrent, ceux qui n’apportent pas grand-chose à la rentabilité de nos sociétés. Il nous dit, Jésus, que nous avons tous de la valeur, qui que nous soyons, que nous avons tous quelque chose à apporter. Comme dirait Jean Vanier (le fondateur des communautés de l'Arche) : « Tu es plus beau que tu n’oses le croire » ! Et ça, il faut que nous, nous en soyons convaincus et que ça guide notre façon de vivre !

Jésus, il voit cette petite veuve. Et Jésus voit qu’elle est capable de tout donner au nom de sa confiance en Dieu. Sa vie ne doit pas être très drôle, elle est pauvre, mais c’est sûr qu’elle croit que Dieu est là avec elle ; c’est sûr, sinon elle ne donnerait pas ces deux piécettes de rien du tout, elle les garderait pour essayer de manger un petit quelque chose. Elle préfère se tourner vers Dieu, elle a confiance qu’il donnera ce dont elle aura besoin. Pas la peine de garder le peu qu’elle a, elle préfère le lui offrir, et adviendra ce qui adviendra...

[Ça me fait penser à St François d'Assise, notre saint patron, et sa confiance en la Providence, le fait que] Dieu, si on lui fait confiance, donne ou donnera ce dont on a besoin. La 1ère lecture [aussi] nous a raconté quelque chose de cet ordre là, de cette confiance qui est de l’ordre de la vie, cette confiance en Dieu qui ouvre un chemin de vie.

Alors ce soir / ce matin, je prie pour chacun d’entre nous, que nous osions y croire à cela, que nous osions entrer dans cette confiance là, et que ça nous simplifie la vie, non pas pour être passifs et subir les choses mais pour vivre avec Dieu dans une réelle dynamique de vie qui ne commence pas par s’inquiéter de demain mais par vivre aujourd’hui avec Dieu. Et que ce regard transformé sur notre vie et sur la vie nous aide à changer aussi notre regard sur nous-mêmes et sur ceux qui nous entourent, au-delà des apparences et des jugements hâtifs.

Que l’Esprit Saint vienne façonner notre regard et donc notre cœur ; c’est ce que nous pouvons lui demander maintenant et dans cette eucharistie.

Publié dans Homélies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :