St François d'Assise - Jean Vanier

Publié le par Christophe Delaigue

Lu ces jours-ci dans le commentaire de l'évangile de Jean de Jean Vanier, Entrer dans le mystère de Jésus, Bayard (ou Salvator pour la réédition), p.245-246 et plus largement p.244-247 (dans le chapitre 17 sur Jn 13, le lavement des pieds).

Une méditation avec St François, l'évangile de Jean, Jésus et Jean Vanier ; un appel aussi à laisser résonner en soi...

---------------

St François d'Assise - Jean Vanier

[...] Jésus est venu faire toute chose nouvelle. A ses yeux, chaque personne est précieuse, chacune est aimée de Dieu, appelée à devenir la "demeure" de Dieu ; chacune a un don à offrir aux autre et devrait être profondément respectée.

Malheureusement les communautés chrétiennes reflètent souvent le modèle d'une pyramide plutôt que celui d'un corps. Après la conversion de Constantin en 313, il y a eu confusion entre l'Eglise et l'Etat. Les rois et les princes ont exercé une énorme influence sur l'Eglise et les affaires religieuses. Beaucoup d'évêques et d'abbés se sont comportés comme des princes et des seigneurs exerçant un grand pouvoir. Construire d'immenses palais et de magnifiques bâtiments est souvent devenu plus important que d'être attentifs aux pauvres et de les voir au coeur de l'Eglise. (...)

Les cultures dominantes ont peu à peu pénétré la vie de l'Eglise. Ce ne sont pas les pauvres mais ceux qui avaient le pouvoir qui ont occupé la place éminente. François, le "Poverello d'Assise", a réagi de façon forte et pourtant simple, comme d'autres saints l'ont fait au cours de l'histoire de l'Eglise. Il ne s'en est pas pris à l'institution, mais il a pris au sérieux l'appel à la pauvreté et l'engagement envers les pauvres contenus dans le message de Jésus. Il a choisi une autre voie. Des hommes et des femmes l'ont rejoint en foule qui ont embrassé son style de vie. L'Eglise institutionnelle, tout en étant prisonnière de sa propre culture, l'a cependant encouragé, lui et ses disciples, à marcher sur les chemins de la pauvreté. Les papes de son époque voyaient en François, et ses frères, le meilleur moyen de réformer l'Eglise, ce qu'ils cherchaient à faire à travers les différents conciles du Latran.

François a réussi à faire revivre le message évangélique à l'intérieur de l'Eglise : message d'humilité et de service, message de paix et d'unité, message de non-violence, de pauvreté et d'engagement envers les pauvres, message de prière et de foi en la Providence. Dans ses Admonitions, François écrit à propos des responsables de ses fraternités qu'il appelle serviteurs : Heureux le serviteur qui ne se met pas dans une position de supériorité de son propre gré mais désire toujours être aux pieds des autres.

Les disciples de Jésus seront toujours tiraillés par ce paradoxe. Bergers, professeurs et responsables sont nécessaires. Ils ont un pouvoir, mais comment l'exercer dans l'esprit de l'Evangile ? (...) Nous devons, tous et chacun, éviter de nous laisser prendre dans des jeux de pouvoir. Pour exercer l'autorité humblement, dans un esprit de service, comme Jésus l'a fait, nous avons besoin de la force humble et aimante de l'Esprit Saint.

Le message est clair : demeurer proche des gens, en particulier de ceux qui sont seuls, faibles et dans le besoin ; devenir leur ami, leur frère, leur soeur, entrer en communion avec eux. Nous ne pouvons peut-être pas tous vivre avec les pauvres de notre ville ni être proche des plus opprimés, mais chacun de nous peut devenir l'ami d'une personne faible (...).

La présence des pauvres et des faibles nous empêche de tomber dans le piège du pouvoir, serait-ce le pouvoir de faire le bien, de penser que nous sommes les bons, les spirituels, les sauveurs de l'Eglise. en devenant amis des pauvres et des faibles, nous commençons à accepter notre propre pauvreté et faiblesse ; nous ne pouvons plus les contrôler, nous avons besoin d'aide et nous crions vers eux et vers Jésus : "Je ne peux pas y arriver tout seul ! J'ai besoin de toi." [...]

---------------

[Mosaïque d'Ivan Rupnik, sj, à San Giovanni Rotondo, en Italie.]