Mal de pierre

Publié le par Christophe Delaigue

J'ai été très touché par ce film de Nicole Garcia, malgré le rythme pour moi trop lent de la première partie... Un film qui vient interroger la question de la paternité, mais plus encore de ce que veut dire aimer...

Marion Cotillard, superbe, incarne Gabrielle, jeune femme tenue pour folle par sa famille et donnée en mariage à José, homme secret qui a fuit l'Espagne franquiste et ouvrier saisonnier. Elle refuse dans un premier temps de se donner à lui, ils vont vivre l'un à côté de l'autre. Il sera là pour elle et fera beaucoup pour leur couple... Silencieusement et patiemment...

Gabrielle souffre aussi crises liées à des calculs rénaux – le mal de pierre – pour lequel elle est envoyée en cure. Elle ne veut pas et doit là encore subir la situation. En fait elle refuse de vivre et de se laisser aimer... Sauf que là elle va rencontrer André et la vie va s'éveiller... Il est malade, sur le point de mourir. Mais c'est la vie qui va les traverser. Jusqu'au retour dans le réel.

Dès les premières secondes du film on sait que c'est avec José que Gabrielle va devoir vivre, avec leur enfant. Mais à quel prix ?

José voulait qu'elle vive – lui dira-a-t-il presqu'à la toute fin du film. N'est-ce pas cela aimer ?

La bande son elle aussi est magnifique, notamment dans la seconde partie du film. Et les émotions des uns et des autres sont elles aussi tellement authentiques dans le jeu propre à chacun des acteurs... que ce soit Marion Cotillard mais aussi Louis Garrel (André) ou Axel Brendemühl (José).

Je le redis, c'est lent et même un peu poussif par moments, mais je très beau...

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :