Monsieur le curé fait sa crise

Publié le par Christophe Delaigue

Ce roman, on me l'a conseillé à plusieurs reprises ces dernières semaines. Je n'avais pas trop envie, je l'avais vu en librairie, j'avais peur que ça m'agace... Écrit par Jean Mercier, journaliste à La Vie, il raconte l'histoire du P. Benjamin, cinquantenaire en col romain, très proche de son évêque qu'il tutoie mais qui le déçoit, curé d'une paroisse avec les petites histoires de personnes qu'on retrouve de partout et qui parfois vous pèsent et vous feraient douter d'être à la bonne place. Le P. Benjamin en a mare, il décide de partir !

Honnêtement, si je me suis un peu poussé ou forcé au début, je dois avouer que je ne l'ai pas lâché et que je l'ai lu presque d'une traie ! Je ne suis pas sûr de me retrouver en soi ou tel quel (... quoi que... !) dans ces pages – heureusement pour mon ministère et du coup pour mes paroissiens que je ne vais pas quitter comme ça ! – mais sous ses aspects caricaturaux, parois humoristiques et anecdotiques c'est bien vu : la question (récurrente) de la surcharge de tâches diverses et organisationnelles et celle de savoir quel est le cœur de notre ministère de prêtre et comment lui laisser toute sa place (ici on centre sur l'eucharistie et le pardon ; il me manque l'annonce de la Parole), la question aussi des conflits d'autorité et de pouvoir, en fait de reconnaissance – avec et par les paroissiens mais aussi avec et par les confrères et l'évêque.

Au final je dirais que c'est pas mal vu (même si c'est caricatural) ; en tout cas ça peut aider des chrétiens de nos communautés à appréhender les questions qui traversent parfois leurs prêtres quant à leur ministère, notamment de curé, et ça peut permettre d'amorcer un début de réflexion personnelle non seulement sur la place de chacun mais aussi sur l'avenir de nos paroisses ?

La fin, c'est presqu'un peu dommage parce que peut-être un peu excessif ? On reste finalement dans de côté un peu caricaturé des choses, alors pourquoi pas ! En tout cas, au final, une lecture que j'aurais presqu'envie de conseiller... Peut-être est-ce déplacé de le dire là mais ça me donnerait bien envie aussi de relire – et vous y inviter aussi – 38 ans, célibataire et curé de campagne de Pietro de Paoli (Christine Pedoti), chez Plon (2006) ; à l'époque j'avais trouvé très juste, très bien vu...

---------------

Jean Mercier, Monsieur le curé fait sa crise, éditions Quasar, septembre 2016, 174 pages, 12€.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :