Jackie. La première dame

Publié le par Christophe Delaigue

Je crois que j'ai aimé ce film dont la bande annonce m'avait vraiment plu. J'ai aimé, mais ça m'a déstabilisé...

Ce qui m'a dérouté c'est l'aspect statique du film : on écoute Jackie Kennedy (Natalie Portman, sublime) nous raconter qui elle est, quelques jours après l'assassinat et les funérailles de son mari. On la voit assise, parler avec le journaliste qui l'interview. Heureusement, les souvenirs évoqués sont mis en images ! Sauf qu'il y a une certaine lenteur aussi...

Mais j'ai aimé cette mise en mots progressive de notre héroïne, ce que elle arrive à dire de la mort de son mari, dans ses bras, ce 22 novembre 1963, ce qu'elle partage de ce que ça réveille de souvenirs de leur vie à la Maison Blanche, et puis le temps de préparation des funérailles nationales avec ce qui la traverse et qui va se raconter peu à peu.

Cette mise en mots se fait sous la forme d'une double confession : ce qu'elle partage au journaliste mais aussi la rencontre qu'elle fait avec ce prêtre qu'elle va voir, ce qu'elle lui confie de sa quête de sens, de ses doutes, ses questions de foi et sur Dieu, l'épreuve qu'elle traverse. C'est très beau... Et Natalie Portman est magnifique, touchante.

Je ne regrette pas d'avoir vu ce film, même si j'ai eu du mal avec son côté lent et même si ça m'a dérouté. C'est beau, et c'est bien filmé, chargé d'émotions aussi...

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :