Le crime de l'Orient-Express

Publié le par Christophe Delaigue

J'avais lu ce roman d'Agatha Christie il y a presque 30 ans maintenant. Je me rappelais vaguement des bribes de l'histoire, mais absolument pas de la chute ; j'avais surtout quelques images en tête et des souvenirs des descriptions de la vie dans ce train que j'ai envie de dire “mythique”.

Le film est plutôt fidèle au livre, m'ont dit ceux qui s'en rappelaient mieux que moi et avec qui je suis allé le voir, malgré la scène initiale à Jérusalem qui est là pour planter le décors du personnage principal, Hercule Poirot, un peu maladroite j'ai trouvé, et malgré quelques dialogues qui sont des ajouts.

Dans une enquête qui est finalement un huis-clos, on voit Hercule Poirot à la fois génial et tellement sûr de lui, précis dans les détails de ce qu'il voit et ce qu'il entend, à l'affût du moindre petit indice, l'air de rien, posant des questions qui paraissent parfois décalées, établissant des liens improbables... mais un Hercule Poirot qui doute pourtant parce que cela n'avance pas si facilement, certains éléments ne collent pas — ce qui va justement l'aiguiller...

Outre l'enquête elle-même, ce que l'histoire et le film nous disent aussi du désir de vengeance, des deuils à vivre et de la question de l'agir en conscience, c'est dans l'ambiance de ce train et ce voyage que nous sommes superbement plongés. Rien que pour cela, le film nous fait passer un bon moment. Avec, en prime, une très belle distribution : Kenneth Branagh (réalisateur et dans le rôle d'hercule Poirot), Johnny Deep, Michelle Pfeiffer, Pénélope Cruz, Judi Dench...

La bande annonce...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :