Jusqu'à la garde

Publié le par Christophe Delaigue

 

Le film touche à sa fin. Et je reste sans voix. Comme beaucoup dans la salle. Impressionnant. Impressionné. C'est dur ce qu'on vient de vivre, ce à quoi on vient d'assister. Et en même temps, nous voilà plongés dans le réel de ce que vivent, parfois violemment, un certain nombre de familles qui éclatent. Peut-être pas jusque là, mais quand même...

C'est (donc) l'histoire d'un divorce. Qui se passe mal. Il y a évidemment les parents. Et au milieu, les enfants. Pourquoi Miriam est-elle partie et pourquoi refuse-t-elle de croiser son ex-mari et demande-t-elle, pour le bien de ses enfants, la garde exclusive ? Pourquoi Julien, 11 ans, refuse de voir son père mais fera tout pour qu'il n'y ait pas d'histoires, jusqu'à mentir pour protéger sa mère ? Le manipule-t-elle ? Pourquoi, d'ailleurs, la juge considère-t-elle que dans cette histoire le père est peut-être bafoué ? Qu'est-ce que tout cela va produire pour chacun, pour Julien, dans chaque famille ?

J'ai été très impressionné par Léa Drucker, qui joue Miriam (et que je ne connaissais, je crois, que par son rôle dans la série Le bureau des légendes) et par le jeune Thomas Gioria qui interprète Julien. Un film de Xavier Legrand. 

La bande annonce...

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :