Homélie mardi 17 avril 2018

Publié le par Christophe Delaigue

Mardi 17 avril 2018 / 3ème semaine du Temps Pascal

IET (Institut d'études théologiques) Bruxelles

Ac 7,51 – 8,1a / Ps 30 (31) / Jn 6,30-35

 

La foule veut un signe… Au début du même chapitre 6 de l’évangile de Jean elle vient pourtant de vivre celui un peu grandiose de la multiplication des pains… Mais elle en veut un autre… un autre qui soit plus « spirituel » ? Elle nous rappelle qu’il y a eu le don de la manne au désert, rappel pour nous que Dieu avait entendu le cri de son peuple et qu’il lui avait donné ce dont il avait besoin ; c’était donné chaque jour, c’était à recueillir, et il fallait apprendre à s’en contenter, dans la confiance que Dieu redonnerait jour après jour.

 

La foule veut un signe et nous aussi, parfois, nous en voudrions… « Quel signe vas-tu accomplir pour que nous puissions le voir, et te croire ? », disons-nous ou pensons-nous parfois nous aussi… Mais il est là, il est là qui nous rassemble à chaque eucharistie : le Christ Jésus qui s’est donné pour nous, le Christ Jésus qui aujourd’hui encore se donne pour nous !

 

Il est « le pain venu du Ciel ». Celui qui seul est notre force pour vivre à sa suite dans le don de nous-mêmes, comme Etienne dans la 1èrelecture, rempli de l’Esprit Saint et de sa foi au Christ ressuscité.

 

« Je suis le Pain de la Vie » nous dit Jésus. « Celui qui vient à moi n’aura plus jamais faim »

 

On pourrait s’interroger, évidemment, sur cette « faim » dont il nous parle… Car comment ne pas entendre la faim quotidienne des plus pauvres alors que Jésus venait de rassasier les foules ? On pourrait aussi laisser résonner en nous ces mots que nous disons et redisons chaque jour dans le Notre Père : « Donne-nous notre pain de ce jour »

 

Comme Etienne qui vit le don de lui-même, radicalement, jusqu’au bout, comme le Christ, et comme le psalmiste qui nous a donné de chanter avec lui, comme le Christ en croix : « En tes mains je remets mon esprit », rappelons-nous, tout à l’heure et chaque jour quand nous communions, que l’Eprit Saint est donné à qui s’abandonne en Dieu et le lui demande, pour que nous devenions ce que nous célébrons, pour que nous devenions ce que nous allons recevoir, le Corps du Christ, lui qui est « le Pain de la Vie ».

 

Et que nourris de sa Présence qui est force pour vivre avec lui et à sa suite, dans l’Esprit Saint, nous soyons et devenions pour nos frères et sœurs présence nourrissante, en actes, c’est-à-dire présence nourrissante de pain concret qui donne force pour vivre jour après jour, mais aussi du pain qu’est la Parole et du pain de l’eucharistie, présence nourrissante qui donne et témoigne en paroles et en actes du « Pain de la Vie » qu’est le Christ et qui donne sens à notre vie.

 

« Je suis le Pain de la Vie » nous dit Jésus. « Celui qui vient à moi n’aura plus jamais faim »… Alors allons à lui, oui, ce jour encore, pour aller avec lui vers nos frères et sœurs, remplis de l’Esprit Saint que nous allons invoquer sur le pain et le vin et sur nous-mêmes, l’Esprit Saint qui nous fait devenir ce que nous allons recevoir.

Publié dans Homélies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :