La disparition de Stephanie Mailer

Publié le par Christophe Delaigue

 

Le mois de mai est là avec son lot de jours fériés, bonnes occasions pour se laisser prendre par un bon roman et pourquoi pas un bon polar !

Après Le livre de Baltimore et surtout La Vérité sur l'affaire Harry Québert, qui reste vraiment son meilleur (pour moi), voici le dernier roman policier de Joël Dicker, vraiment très bon. C'est long, il y a beaucoup de personnages et du coup d'histoires revisitées pour comprendre qui sont chacun et quel rôle ils jouent au final dans cette intrigue passionnante, mais voilà, je viens de le dire, c'est passionnant, une intrigue bien ficelée, avec des rebondissements qui permettent de ne pas être pris dans des longueurs qui pourraient nous faire peur quand on voit le pavé qu'est ce livre.

Nous sommes à la fois en 1994, avec un quadruple meurtre, résolu, et surtout (ou d'abord) en 2014, avec de nouveaux éléments qui viennent perturber l'enquête de l'époque et donc tous ses protagonistes. Le premier de ces éléments, un événement, est le titre même de ce roman, qui va nous entraîner loin, car cette jeune femme qui disparaît avait visiblement découvert ce que les jeunes policiers de l'époque n'avaient pas vu... Elle affirmait même qu'ils s'étaient trompés de coupable... Que s'était-il alors réellement passé ? Qu'est-ce que leurs découvertes de l'époque venait bien éclairer mais qui manquerait et qui va produire de nouveaux remous, presqu'un séisme, dans la petite ville d'Orphea qui avait appris à se remettre de tout cela et à vivre ?

Un polar très bien ficelé, très bien mené (meilleur que le précédent), où l'on avance pas à pas, au fil des histoires qui se croisent, avec ces personnages qui ont tous leur propre histoire qui pourrait éclairer les enquêtes comme leurs liens aux évènements.

Je recommande !

---------------

Joël Dicker, La disparition de Stephanie Mailer, Editions de falloir, février 2018, 637 pages, 23€.

---------------

Pour rappel, Joel Dicker est aussi l'auteur du très beau roman (pas policier celui-là) Les derniers jours de nos pères...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :