Le Porteur d'histoire | Alexis Michalik

Publié le par Christophe Delaigue

Le Porteur d'histoire | Alexis Michalik

C'était il y a une quinzaine de jours à peine... Une soirée assez inoubliable... Et depuis, je me disais qu'il fallait que j'en écrive quelques lignes, comme une invitation au voyage, une invitation au spectacle. Car c'est à voir !

Il y a quelques jours, une dizaine déjà, je décide de commander le texte, pour en relire des extraits. Il vient d'arriver, alors je me lance à mettre sur la toile ces quelques lignes.

Cette pièce de théâtre qui a vu le jour en 2011, qui n'a pas cessé d'être jouée depuis et qui a reçu 2 Molières en 2014 est une invitation au voyage, géographique mais aussi au fil des siècles. Au coeur, au travers, d'une réflexion sur ce qu'est l'Histoire.

La pièce commence ainsi : "Nous allons vous raconter une histoire. Mais auparavant, nous allons nous interroger un instant sur le fait même de raconter une histoire, sur l'importance qu'on accorde à un récit, et sur les frontières qui séparent la réalité de la fiction. D'abord qu'est-ce que l'Histoire ? Avec un grand H ? L'Histoire, c'est notre mémoire commune, notre identité. C'est ce qui nous définit en tant qu'êtres humains. Pour nous tous, l'Histoire est concrète, écrite, immuable. Il y a des dates ou des évènements don ton est parfaitement sûr. On les a apprises, à l'école, ou dans un livre (...). Souvent, presque toujours, le récit du vainqueur est celui qu'on retient. Et dans tout récit historique, il y a, comme son nom l'indique, une part de récit. (...) Chaque historien est avant tout un homme. L'Histoire ne peut donc être absolument objective, elle est mouvante, elle évolue, s'estompe et s'enrichit. Notre identité, notre passé, tout ce qui nous définit n'est qu'un récit. (...) Tout notre passé est une fiction. (...) Alors je repose la question : qu'est-ce qu'une histoire ?”

Et là commence le récit avec cette réponse : "C'est un fait divers, daté du 14 juin 2001, dans un grand quotidien algérien”...

Nous voilà entraînés en Algérie, donc, mais aussi en France, dans un coin perdu des Ardennes comme à Paris, également au Canada... Et nous serons invités à rencontrer Alexandre Dumas et son Comte de Monte-Cristo, mais aussi Eugène Delacroix, Marie-Antoinette, les papes Clément VI et Sixte II, et tout un tas d’autres dont des gens tout à fait ordinaires... Invités également à revisiter l’histoire de la littérature comme celle de la colonisation algérienne, celle, aussi, des Etats pontificaux en Avignon mais encore celle des débuts de notre civilisation... Et le héros, Martin, un pauvre type qui a été appelé pour le décès de son père qui va revisiter sa propre histoire familiale et personnelle et se l'approprier... Où est la fiction, où est la réalité ?

Le texte est superbe, la mise en scène aussi, du moins dans la version que j'ai pu voir. A Lyon, à la Comédie Odéon où la pièce est donnée jusqu'en mai prochain, mais aussi à Paris au Théâtre des béliers parisiens. N'hésitez pas si vous la voyez à l'affiche !

--------------

Alexis Michalik, Le Porteur d'histoire, éditions Les cygnes, mars 2017 (2013), 129 pages, 10€.

Le Porteur d'histoire | Alexis Michalik
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :