Martyrs... en terre d'islam...

Publié le par Christophe Delaigue

Pour la dernière livraison de février 2019 de Relais 38, le journal du diocèse de Grenoble-Vienne, j’ai écris les lignes ci-dessous. Je les complète ici d’une petite notice bibliographique (et les liens qui vont avec) et de quelques dates…

Martyrs... en terre d'islam...

Béatifiés, martyrs de la charité et de l’espérance, appel pour nous aujourd’hui…

 

C’était il y a plus de 20 ans, dans une Algérie déchirée par le terrorisme. 19 religieux et religieuses assassinés, parmi tant d’autres, musulmans. 19 martyrs qui viennent d’être béatifiés, à Oran.

C’était hier et pourtant on pourrait oublier… Or leur vie donnée – car c’est bien de cela dont il s’agit – reste prophétique pour nous aujourd’hui.

Parmi eux, les moines de Tibhirine, sans doute les plus connus, et Mgr Claverie, alors évêque d’Oran, dont la vie donnée lui fut enlevée avec celle de son ami musulman Mohammed. Vies indissociablement unies, raison d’être d’une présence jusqu’au bout, par amour, par fidélité à Dieu et à ce peuple d’Algérie que tous servaient au nom de leur foi et de l’amitié.

Leur message, quel est-il ?

Celui-là, justement. Celui d’une vie livrée, à la suite du Christ, une vie qui ne se reprend pas, une vie donnée jusqu’au bout au nom même de la foi et de l’espérance qui était la leur, au nom même de notre vie à tous qui est et doit toujours plus devenir une vie en réponse d’amour à l’Evangile et à l’appel à être témoins de l’espérance qui nous habite : que Dieu veut sauver tous les hommes et que pour cela il a donné son Fils unique qui est venu naître et vivre en ce monde, présence d’amour, présence de pardon, présence de vie partagée qui témoigne d’un Autre qui est là ; et qu’avec lui, Jésus, la vie est quoi qu’il arrive plus forte que tout mal et que toute mort, même malgré les apparences, et même au cœur de l’impensable de la violence aveugle. L’Innocent a livré sa vie pour cela. Il nous entraîne à sa suite, il nous appelle à être témoins à notre mesure, au cœur du réel de ce qu’est notre vie, de cette Bonne nouvelle qui peut paraître folie pour ce monde, qui vient en tout cas bouleverser les logiques apparentes et spontanées d’un monde traversé par le mal et la violence.

Pour moi, qui avait 17 ans au moment du martyre des 7 moines de l’Atlas, leur actualité c’est le message d’un Christian de Chergé dans son testament spirituel « Quand un A-Dieu s’envisage ». C’est aussi et tout particulièrement le plus jeune des frères, Christophe Lebreton, notamment ces mots écrits tant d’années auparavant, prophétiques : « N’être plus que le geste seul qu’il me faut devenir eucharistie », appel pour nous tous à nous donner, comme le Christ qui aime, appel à faire de note vie un oui à l’Evangile, en action de grâce et au cœur de nos traversées qui sont parfois crucifiantes. Mais par amour et en vie d’amitié avec celles et ceux à qui nous sommes envoyés, et donc, déjà, celles et ceux qui sont nos voisins et celles et ceux que notre chemin croisera, quelle que soit leur foi… Être présence de Dieu en ce monde, tel qu’il est. Être ensemble des guetteurs de Dieu et d’absolu. Être des bâtisseurs de paix, dans le dialogue, la connaissance réciproque, et dans le choix de nous porter les uns les autres dans la prière. Voilà le message de vie et d’espérance de ces martyrs.

Donner sa vie ? Leur martyre, en quoi nous concerne-t-il ?

Nous le savons, 20 ans après, il y a en France et dans le monde de vrais enjeux et même des défis à vivre un dialogue de paix. Et au nom même de notre foi, n’y a-t-il pas à renouveler notre confiance en l’urgence d’être des présences de Dieu en ce monde tel qu’il est et à comprendre la foi des autres pour mieux les aimer, mieux nous connaître, et tout simplement être d’humbles témoins du Christ qui révèle un Dieu qui aime chacun et veut sauver tous les hommes ? 

Dans la préface au livre Tibhirine : l’héritage, co-écrit pour les 20 ans du martyre des moines et dont les intuitions et les appels sont bien ceux des Bienheureux Pierre Claverie et ses 18 compagnons, le pape François écrit :

« Vingt ans après leur mort, nous sommes invités à être à notre tour signes de simplicité et de miséricorde, dans l’exercice quotidien du don de soi, à la suite du Christ. Il n’y aura pas d’autre façon de combattre le mal qui tisse sa toile dans le monde. A Tibhirine se vivait le dialogue de la vie avec les musulmans : nous, chrétiens, nous voulons aller à la rencontre de l’autre, quel qu’il soit, pour nouer cette amitié spirituelle et ce dialogue fraternel qui pourraient vaincre la violence. “Pour gagner le cœur de l’homme il faut aimer” confiait frère Christophe, le plus jeune de la communauté. Voilà le message que nous avons à garder au cœur. C’est tout simple et si grand : à la suite de Jésus, faire de notre vie un “Je t’aime”. »

 

 

Petite bibliographie :

 

 

Les 19 martyrs d’Algérie en quelques dates :

  • 8 mai 1994 à Alger : assassinat d’Henri Vergès (mariste) et de Paul-Hélène Saint-Raymond (Petite Sœur de l’Assomption).
  • 23 octobre 1994 à Bab el Oued : assassinat d’Esther Paniagua Alonso et Caridad Alvarez Martin (sœurs augustines).
  • 27 décembre 1994 à Tizi Ouzou : assassinat de Jean Chevillard, Alain Dieulanguard, Charles Deckers et Christian Chessel (pères blancs).
  • 3 septembre 1995 à Alger : assassinat d’AngèleMarie Littlejohn et Bibiane Leclercq (sœurs missionnaires de ND des Apôtres).
  • 10 novembre 1995 à Alger : assassinat d’Odile Prévost (Petite sœur du SacréCœur).
  • 21 mai 1996 : découverte des restes des corps des frères Christian de Chergé, Christophe Lebreton, Luc (Paul) Dochier, Michel Fleury, Bruno (Christian) Lemarchand, Célestin Ringeard et Paul FavreMiville (moines cisterciens trappistes).
  • 1eraoût 1996 à Oran : assassinat de Mgr Pierre Claverie (dominicain).

Fête liturgique des Bienheureux Pierre Claverie et ses 18 compagnons : le 8 mai.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :