À Philémon | Adrien Candiard

Publié le par Christophe Delaigue

À Philémon | Adrien Candiard

Voilà une petit livre bien intéressant, facile à lire et bien stimulant à la réflexion. Comme son sous titre l'indique il s'agit de Réflexions sur la liberté chrétienne, donc du point de vue de l'Evangile.

Le contexte de ces pages est double : à la fois (1) celui de la crise des abus sexuels dans l'Eglise qui « découlent toujours, nous dit l'auteur dans sa conclusion, d'un abus spirituel, d'un abus de conscience » (p.133), ce qui signifie qu'il y a non respect de la liberté de l'autre, et (2) celui de la béatification des 19 martyrs d'Algérie, le 8 décembre dernier (date de signature de ce petit livre), qui ont donné librement leur vie au nom du Christ et par amour de Dieu et du peuple algérien avec qui ils vivaient. Un don de leur vie qui est don d'amitié et de fraternité, deux thèmes qui sont d'ailleurs très présents dans ces pages.

Le prétexte à ces pages, ou plutôt le point de départ, est cette courte lettre de St Paul à son ami Philémon où il est question justement de liberté. Et de libération. Celle d'Onésime, l'esclave de Philémon devenu chrétien, que Paul renvoie à son maître à qui il demande de l'accueillir comme un frère, en Christ ? Ou celle, aussi, de Philémon, sortant de l'esclavage de sa culture au nom d'une liberté plus grande, celle de poser des choix, en réponse à l'Evangile ? La liberté encore de Paul qui ose inviter Philémon à interroger sa conscience, en toute liberté, c'est le cas de la dire, car Paul ne lui ordonnera rien, il l'invite à réfléchir ? Là est bien l'enjeu de conscience.

C'est au donc autour de cette thématique que notre auteur, jeune dominicain résidant et enseignant au Caire – dont je recommandais sur ce même blog son excellent Veilleur, où en est la nuit ? et son très bon Quand tu étais sous le figuier... –, nous fait méditer, nous invitant à croiser diverses scènes ou paraboles d'évangile qui viennent nous parler d'amitié, de chasteté aussi, de fraternité et même de révolution de la fraternité à laquelle nous invite l'Evangile. Il est également question de gratitude dans les relations et quant à l'amour sans mesure et gratuit de Dieu pour nous...

Nous aimerions tant, parfois, que Dieu agisse pour nous, à notre place, nous évitant également telle épreuve ou telles erreurs. Comme certains aimeraient parfois aussi que leur curé leur dise quoi faire, ce qui est permis ou défendu pour vivre bien, moralement bien (c'est le point de départ introductif à ces pages). Ou, à l'inverse, ceux qui ne supporte plus les « il faut... » de ces mêmes prêtres qui ont pourtant la belle mission, à leur mesure, de permettre ou d'aider à ce que chacun nous grandissions en liberté (cf. p.54), celle que le Christ veut pour nous. Tel est le sujet de ce livre.

Une belle et bien bonne petite lecture que je vous recommande donc. Et, s'il fallait vous en persuader encore, je me permets de vous en partager deux courts extraits, comme un avant-goût...

- p.64 : « La vie chrétienne ne pet être un ensemble de choses à faire pour mériter l'amitié de Dieu, mais l'accueil de cette amitié que le Christ propose. Et cette amitié, comme toute amitié vraie, ne s'impose pas à coup de commandements : elle se choisit librement. C'est elle qui, peu à peu, transforme le coeur de l'homme, qui peut changer non parce qu'il se sait coupable, mais parce qu'il se sait aimé. »

- p.124 : « L'amour véritable ne s'ordonne ni ne se paie : il se propose, il s'espère, il s'attend. (...) Ce qu'on appelle le salut, c'est accepter d'entrer avec Dieu dans cette relation d'amour, non par obéissance ou par crainte de l'enfer, pas même par politesse devant la grandeur de son don, mais librement, parce qu'on a pressenti l'incroyable intensité de son amour à lui. »

--------------

fr. Adrien Candiard, À Philémon. Réflexions sur la liberté chrétienne, Cerf, janvier 2019, 137 pages (petit format), 10€.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :