Homélie dimanche 2 juin 2019

Publié le par Christophe Delaigue

7ème dimanche de Pâques / Année C

Eglise de la Sainte-Croix, Ixelles (Bruxelles) [*]

Ac 7,55-60 / Ps 96 (97) / Ap 22,12-14.16-20 / Jn 17,20-26

Les enfants, et notamment vous qui avez été marqué tout à l’heure du signe de croix ou vous qui avez reçu une croix comme étape sur votre chemin vers la 1ère communion et la confirmation, en réfléchissant et en priant un peu hier sur ces textes qu’on vient d’entendre j’ai pensé tout spécialement à vous. Aux adultes aussi, rassurez vous ! J’ai pensé à vous en me disant : c’est un peu compliqué quand même ce que Jésus va nous dire, qu'est-ce que vous allez pouvoir en comprendre ? Et pourtant, ce qu’il veut nous dire, c’est très important.

Ça fait partie des dernières paroles que Jésus adresse à ses disciples juste avant son arrestation et juste avant qu’il soit mis à mort. C’est paroles sont très importantes parce que c’est un peu comme son testament spirituel, c’est un peu ce qu’il veut que l’on retienne vraiment de lui et de son message, ce qu’il veut qu’on retienne de ce qu’il est venu nous révéler de Dieu.

En préparant ces quelques mots d’homélie, j’ai pensé tout spécialement à vous les enfants parce que, vous allez voir, dans cet Évangile qu’on vient d’entendre il y a un truc étonnant. En tout cas moi ça m’a interrogé et je vais essayer de vous dire pourquoi… Ce qui m’a vraiment étonné c’est qu’il y a un personnage important qui manque. Très important. Un peu comme s’il avait disparu.

Et pour comprendre où je veux en venir je vous propose que nous menions l’enquête pour savoir qui est ce personnage et où il se cache. Et surtout pour découvrir qu’elle est sa mission, sa mission pour nous, pour notre vie chrétienne à tous, les adultes y compris Avec un premier indice qui est déjà un début de réponse : ce personnage, retenez déjà que je crois que c’est un « agent secret »

Alors… 1ère étape de notre enquête pour savoir qui a disparu ou qui se cache dans notre évangile il faut qu’on se rappelle dans quel temps liturgique on est. En principe ça n’est pas un scoop si je vous dis que nous sommes à la toute fin du temps de Pâques et même que nous sommes très exactement entre Ascension et Pentecôte. L’Ascension ça nous a valu un jour férié, jeudi, mais surtout c’est la fête ou Jésus nous a dit qu’il retourne vers le Père.

C’est la fête où il a dit à ses disciples : maintenant que vous avez compris que je suis ressuscité, maintenant que vous avez vu de vos propres yeux que la vie a été plus forte que le mal et même que la mort, maintenant que vous avez tout pour croire que Dieu mon Père m’a sauvé, alors vous pouvez vivre de cette Bonne Nouvelle sans moi, sans me voir de vos propres yeux. Et pendant ce temps je retourne vers le Père vous préparer une place. Mais, promis, je reviendrai – c’est toujours Jésus qui parle !

Et surtout, a encore dit Jésus : je ne vous laisse pas seuls, je ne vous abandonne pas, « vous allez recevoir une force, celle de l’Esprit Saint, alors vous serez mes témoins jusqu’aux extrémités de la terre » (Ac 1,10).

Dans tout ce que je viens de vous raconter un peu vite, si vous avez fait attention – et il faut car nous menons une enquête –, il y avait trois personnages principaux plus les disciples : Jésus qui parle, Dieu le Père vers qui il s’en va et cette force venue d’en haut qu’il nous promet et qui s’appelle l’Esprit saint.

Voilà qui rejoint la 2ème étape de notre enquête, et qui vous concerne tout spécialement vous les enfants qui avez vécu tout à l’heure votre étape du signe de la croix. Voilà un bon indice de qui nous avons perdu ou qui se cache.  Chaque fois que nous entrons en célébration, par exemple chaque fois que nous allons à la messe, comme pour se mettre en présence de Dieu, pour le saluer, mais aussi pour se rappeler qui il est, lui Dieu, nous disons : Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.

Le Père, le Fils et le Saint Esprit. Trois personnes que nous associons toujours ensemble. Trois personnes qui disent chacune et ensemble qui est Dieu ; et qui sont comme un condensé de notre foi : nous croyons en Dieu qui est là-haut je ne sais où, que nous ne voyons pas, mais qui nous aime comme un Père, Dieu qui est venu nous rejoindre, Dieu qui est descendu jusqu’à nous par son Fils Jésus, et Dieu qui est désormais présent dans notre vie par l’Esprit Saint qu’il nous donne à tous et grâce à qui nous allons apprendre à aimer comme Dieu nous aime. Le Père, le Fils et l’Esprit Saint qui nous est donné. Si vous avez fait attention à mes gestes, vous avez vu que ça fait un signe de croix !

J’espère que vous voyez où je veux en venir... 3ème étape de notre enquête, du coup : allons réécouter le début de notre évangile de ce jour : « Père (…) je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi. Que tous soient un comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé »

On a le Père et on a Jésus qui parle. Et il parle de nous grâce à qui d’autres vont croire en Dieu. C’est un peu comme dans ce que je vous ai rappelé de la fête de l’Ascension : Jésus parlait de son Père vers qui il retourne, et il disait aux disciples qu’ils vont devenir ses témoins. Mais la différence, c’est qu’on avait un personnage de plus, celui grâce à qui nous allons permettre à d’autres de croire ! Voilà celui qui a disparu. C’est l’Esprit Saint ! Et c’est étonnant car nous sommes dans ces 10 jours où comme les disciples nous sommes censés attendre et demander l’Esprit Saint qui est la force que Jésus nous promet. C’est bizarre du coup qu’on ne nous en parle pas !

Et pourtant, je crois qu’il est là, qu’il est caché. Quand Jésus nous dit : « Que tous soient un comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi », quand Jésus nous dit que lui et son Père ne font qu’un, il manque l’Esprit Saint. Dieu c’est les trois ensemble. Comme pour le signe de croix. Dieu est Père, Fils et Esprit Saint. Et l’Esprit Saint c’est justement celui qui relie Jésus le Fils à son Père. C’est là qu’il est caché, c’est le lien entre eux. C’est l’amour de Dieu pour Jésus et l’amour de Jésus pour son Père. C’est la force de vie et d’amour de Dieu. C’est ça sa mission. Et c’est pour ça que je vous disais tout à l’heure qu’il est un peu comme un « agent secret » : il est là, il fait son boulot, mais on ne le voit pas. C’est une mission cachée. Mais tellement importante.

Et de fait c’est très important pour nous. Parce que si nous voulons vivre avec Jésus et à sa suite, si nous voulons apprendre à aimer comme Dieu nous aime et comme il voudrait qu’on aime c’est-à-dire chacun quelle que soit son histoire et même quel que soit le mal qu’il ait pu me faire, eh bien nous avons besoin de la force de Dieu pour y arriver, sa force de vie et d’amour. Qui s’appelle l’Esprit saint. Et dont la fête c’est dimanche prochain. L’Esprit Saint qui est comme le cadeau de départ que Jésus nous fait.

Et c’est l’Esprit Saint que nous prions à chaque messe pour que le pain et le vin que nous allons présenter tout à l’heure deviennent mystérieusement mais réellement la présence de Jésus ressuscité, comme il l’a promis. Et c’est le même Esprit Saint que nous sommes appelés à apprendre à entendre et à écouter en nous, dans le silence de la prière, pour découvrir qu’en nous il y a comme un murmure, comme une voix, Dieu qui nous adresse des appels pour que nous vivions l’Evangile au fil des jours.

L’Esprit Saint il est promis à qui le demandera. L’Esprit Saint il est donné à qui veut vivre avec l’aide de la force de Dieu. C’est cadeau, et c’est ce qui nous est proposé en ces jours entre l’Ascension et la Pentecôte. Mais c’est laissé à notre liberté… En tout cas c’est qui nous pouvons demander chacun, dès maintenant, en prenant quelques instants de silence… Et pour cela on va faire quelque chose de tout simple : les enfants, et les adultes aussi, on va fermer les yeux, maintenant, on ferme nos yeux et on écoute...

Viens en nos cœurs, Esprit Saint. Viens façonner mon cœur et toute ma vie pour mieux comprendre qui est Dieu, quel est son message de vie, et ce qu’il attend de chacun de nous, à notre mesure, pour que la Parole de Dieu soit annoncée et que d’autres avec nous deviennent croyants… Viens Esprit Saint, Toi seul qui peut faire notre unité, dans nos familles, dans nos Unités pastorales, dans ton Eglise et entre les Eglises, Toi seul qui peut nous permettre d’apprendre à mieux nous aimer pour de vrai, comme Dieu aime chacun... Viens Esprit Saint, souffle de vie et d’amour… Viens nous donner la paix et la joie… Amen.

 

[*] Messe avec étape du don du signe de la croix pour les enfants de la catéchèse non baptisés et de la remise de la croix pour ceux en chemin vers la 1ère communion et la confirmation.

Publié dans Homélies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :