Homélie fête de la dédicace de l'église abbatiale de Rochefort

Publié le par Christophe Delaigue

 

Abbaye ND-de-Saint-Remy de Rochefort (Belgique), 7 juillet 2019

Is 56,1.6-7 / Ps 121 / 1P 2,4-9 / Jn 2,13-22

 

Qu’on se le dise ! Il y a une sorte de paradoxe entre ce que nous fêtons ce jour, la dédicace de cette église abbatiale, une église de pierres, et ce que les textes de la Parole de Dieu viennent de nous donner à entendre.

Un paradoxe, en apparence… Un paradoxe au cœur duquel quelque chose nous est dit pour nous, pour nous l’Eglise, et pour notre vie chrétienne.

Il y a un paradoxe car en célébrant la consécration de ce lieu, cette église de pierres, ce qu’il nous faut entendre c’est ce que cela dit de nous, nous qui sommes « les pierres vivantes » de l’Eglise, pour reprendre les mots de l’apôtre Pierre dans notre 2ème lecture.

Ce lieu, cet édifice, est un signe, un rappel de ce que nous sommes, et peut-être même un appel, de ce que nous devrions vraiment être et devenir toujours plus, chacun selon nos états de vie et nos charismes propres.

Rappelez-vous le Temple de Jérusalem, le lieu de culte par excellence, dont nous a parlé la 1ère lecture. Le Temple de Jérusalem était un signe pour Israël, signe de la présence de Dieu au milieu de son peuple. Le prophète Isaïe nous a redit dans la 1ère lecture qu’il s’agit d’une maison de prière, comme la nôtre ici, la maison de prière où Dieu nous attend, la maison de prière où il accueille les offrandes et les sacrifices de son peuple.

Plus largement c’est même une maison de prière pour tous les peuples. Car là était la mission d’Israël : être témoin du Dieu unique, être témoin de l’existence et de la présence du Dieu unique, pour toutes les nations. Israël, petit peuple créé par Dieu, placé au milieu des nations, signe comme Jérusalem, établie au cœur de la terre qui avait été promise, et là, au milieu de la ville, le Temple, signe visible de la présence de Dieu qui, toujours, est avec son peuple.

Si cette maison de prière est un lieu de culte, comme Isaïe l’a rappelé, c’est pour que le croyant y rendre grâce et louange pour tous les bienfaits de Dieu et c’est aussi pour y célébrer les sacrifices d'expiation et donc le pardon. Car c’est toute la vie du croyant que celui-ci est invité à offrir au Seigneur, le croyant qui est appelé – le prophète nous le redit aussi – à observer le droit et à pratiquer la justice. Car il vient le salut, il approche, et la justice de Dieu sera révélée.

Telle était l’espérance d’Israël. Et Celui qui vient, le salut de Dieu, sa présence de chair, sa présence en paroles et en actes, c’est le Verbe de Dieu, c’est le Verbe fait chair, c’est le Christ Jésus notre Seigneur. Telle est notre foi.

Plus besoin de Temple, désormais, plus besoin d’un Temple de pierres. Car le Christ Jésus est Dieu lui-même au milieu de son peuple. Et c’est bien ce que nous célébrons à chaque eucharistie, sur l’autel de nos églises de pierres. Dieu se fait Présence, il est Présence, par le sacrifice unique de la croix que nous actualisons dans le mystère du sacrement de l’eucharistie qui est mémorial de sa Passion et de sa Résurrection.

Il se fait Présence pour que nous devenions ce que nous recevons, lui-même, le Corps du Christ, lui le Temple nouveau, lui la Présence de Dieu au cœur du monde, aujourd’hui encore.

« Détruisez ce Temple, a dit Jésus dans notre évangile de ce jour, et en trois jours je le rebâtirai. » Et St Jean ajoute : « le Temple dont il parlait c’était son corps »

C’est lui-même, le Christ, que nous célébrons avec cette fête de la dédicace, comme à chaque eucharistie. Et en le célébrant, c’est pour l’Eglise tout entière que nous prions, avec l’Eglise, l’Eglise de tous les temps, comme le rappellent les reliques des martyrs déposées sous l’autel de cette église abbatiale et dont nous faisions mémoire hier.

Jésus Christ est la pierre angulaire, « la pierre vivante » vers laquelle l’apôtre Pierre nous invite à nous approcher pour être vraiment ce que nous devenons par les sacrements et par notre vie à l’écoute de la Parole de Dieu à savoir des « pierres vivantes [du] Temple spirituel », afin que nous devenions toujours plus ce peuple sacerdotal dont parlait encore cette même 2ème lecture, ce peuple qui est royal et saint.

Depuis notre baptême, vous le savez, nous avons reçu de participer à la triple mission du Christ qui est sa triple dignité de prêtre, prophète et roi. Triple mission de son Eglise et triple appel pour nous, à la suite du Christ, en Eglise, selon nos charismes et nos états de vie :

  1. prêtres : l’appel à rendre un culte à Dieu, dont nos églises de pierres sont le lieu et le rappel, à faire monter vers Dieu les cris et les supplications de l’Eglise et du monde, mais aussi à rendre grâce au Seigneur et à implorer sa miséricorde pour nous-mêmes, pour notre Eglise et pour ce monde en proie au mal et à la violence ;
  2. prophètes : l’appel à nous mettre à l’écoute de la Parole de Dieu, à nous mettre à l’écoute de ses appels, pour vivre très concrètement l’Evangile et dénoncer les injustices de ce monde ainsi que tout ce qui ne respecte ni Dieu, ni la dignité de toute personne humaine, ni la création que le Maître de l’Univers nous a confiée, dénoncer tout cela en paroles mais aussi par des actes de charité et de miséricorde – voilà qui rejoint la dimension royale – ;
  3. rois (donc) : l’appel à prendre comme le Christ le tablier du serviteur en le suivant jusqu’à son trône qui est la croix, le lieu où il prend sur lui le péché du monde et de tout homme pour nous faire tous entrer dans les promesses du salut.

Pour vivre tout cela, à notre mesure évidemment, et selon nos charismes et nos états de vie, le Christ et par lui Dieu le Père ont besoin de nos mains d’hommes et de femmes pour aimer en actes, pour prendre soin des pauvres et des petits et pour guérir les malades, et ils ont besoin de nos voix humaines pour oser des paroles d’espérance, pour oser des paroles de consolation et de réconciliation qui puissent redonner confiance et espérance et qui puissent relever celles et ceux que la vie cloue au sol.

Oui, nous sommes « les pierres vivantes [du] Temple spirituel ». Alors approchons-nous avec confiance de « la pierre angulaire » qui nous parle et qui se donne à nous dans cette eucharistie.

Et demandons-lui, tout à l’heure quand nous nous avancerons pour communier, demandons-lui qu’il nous illumine, et qu’il nous éclaire pour savoir comment vivre selon la volonté du Père ce que nous sommes et devenons, ce que nous allons recevoir, le Corps du Christ, sa présence en ce monde. Nous le devenons par l’Esprit Saint que nous allons invoquer sur le pain et sur le vin auxquels nous allons communier, nous le devenons par l’Esprit Saint que nous allons invoquer aussi sur nous et sur l’Eglise. Amen.

Diaporama de l'abbaye en juillet 2019 [pour faire défiler plus vite : par les cotés sur la photo]
Diaporama de l'abbaye en juillet 2019 [pour faire défiler plus vite : par les cotés sur la photo]
Diaporama de l'abbaye en juillet 2019 [pour faire défiler plus vite : par les cotés sur la photo]
Diaporama de l'abbaye en juillet 2019 [pour faire défiler plus vite : par les cotés sur la photo]
Diaporama de l'abbaye en juillet 2019 [pour faire défiler plus vite : par les cotés sur la photo]
Diaporama de l'abbaye en juillet 2019 [pour faire défiler plus vite : par les cotés sur la photo]
Diaporama de l'abbaye en juillet 2019 [pour faire défiler plus vite : par les cotés sur la photo]
Diaporama de l'abbaye en juillet 2019 [pour faire défiler plus vite : par les cotés sur la photo]
Diaporama de l'abbaye en juillet 2019 [pour faire défiler plus vite : par les cotés sur la photo]
Diaporama de l'abbaye en juillet 2019 [pour faire défiler plus vite : par les cotés sur la photo]
Diaporama de l'abbaye en juillet 2019 [pour faire défiler plus vite : par les cotés sur la photo]
Diaporama de l'abbaye en juillet 2019 [pour faire défiler plus vite : par les cotés sur la photo]
Diaporama de l'abbaye en juillet 2019 [pour faire défiler plus vite : par les cotés sur la photo]
Diaporama de l'abbaye en juillet 2019 [pour faire défiler plus vite : par les cotés sur la photo]
Diaporama de l'abbaye en juillet 2019 [pour faire défiler plus vite : par les cotés sur la photo]
Diaporama de l'abbaye en juillet 2019 [pour faire défiler plus vite : par les cotés sur la photo]
Diaporama de l'abbaye en juillet 2019 [pour faire défiler plus vite : par les cotés sur la photo]

Diaporama de l'abbaye en juillet 2019 [pour faire défiler plus vite : par les cotés sur la photo]

La date exacte de consécration de l'église abbatiale est le 4 juillet 1993 (par Mgr André-Mutien Léonard, alors évêque de Namur). La communauté des moines fête en principe cette dédicace le dimanche qui suit, notamment pour associer plus largement le peuple de Dieu à la célébration anniversaire.

Publié dans Homélies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :