Oscar Cullmann. Un docteur de l'Eglise

Publié le par Christophe Delaigue

Oscar Cullmann. Un docteur de l'Eglise

Oscar Cullmann fut une figure importante de l'exégèse et de la théologie protestante et oecuménique du XXème siècle, malheureusement trop vite oublié, ou quasi...

Matthieu Arnold, professeur à la Faculté de Théologie protestante de l'Université Strasbourg et collaborateur en son Centre d'études oecuméniques, a été président de la Fondation Œcuménique Oscar Cullmann de 1995 à 2005. Spécialiste de Luther il a voulu honorer son maître et ami par ces pages fort passionnantes.

Il s'agit ici de nous faire entrer dans la pensée de cette grande figure et de redécouvrir non seulement son apport exégétique comme son travail oecuménique mais encore d'entendre comment il faisait oeuvre de théologie. Oscar Cullmann ne se laissait pas enfermer dans des courants particuliers, s'appuyant toujours sur la Parole de Dieu, et ne rejetant pas en soi ce qu'on appelle en milieu catholique la Tradition, mais l'interrogeant au regard de la Bible et de la centralité de l'évènement Jésus Christ mort et ressuscité pour notre salut. Oscar Cullmann, encore, ne se laissait pas non plus balloter au gré des courants d'idées du monde et de la société. Non, toujours la centralité de la Parole de Dieu et la mise en résonance avec les questions qui se posaient à lui.

Ainsi découvrons-nous dans ces pages comment il s'opposa, mais toujours en dialogue, aux thèses exégétiques et historico-critiques d'un Rudoph Bultman dont le projet fut de démythologiser le Nouveau Testament. Ainsi comprenons-nous aussi, dans sa réflexion pastorale et spirituelle, quels furent ses arguments pour défendre le baptême des petits-enfants et comment, dans quelles conditions, alors qu'on assistait déjà à la sécularisation de la société et de nos communautés chrétiennes.

Quant à l'oecuménisme, ce livre présente deux intérêts majeurs : (1) comprendre son implication oecuménique, certes théologique mais aussi relationnelle et d'amitié, et comment il se retrouva hôte personnel du pape au concile Vatican II ; et surtout (2) quel modèle d'Eglise il proposa, comment il entendit les objections et les corrigea.

Sur ce point, notons que si Oscar Cullmann semble largement oublié aujourd'hui, du moins peu présenté ni même lu, c'est à lui que nous devons l'articulation aujourd'hui évidente entre unité et diversité. Une unité qui ne soit pas une fusion mais bien envisagée dans la diversité. Non pas dans un statu quo ecclésial et théologique, non pas seulement unité dans la diversité, mais bien une unité par la diversité des charismes (confessionnels). Avec cette idée que chaque Eglise ou communauté ecclésiale porte en son sein et en son histoire un charisme particulier dont elle doit prendre soin et qu'elle doit offrir aux autres qui est un don de l'Esprit Saint à l'unique Eglise du Christ ici envisagée comme communauté d'Eglises.

On reprochera à Oscar Cullmann le côté trop fédéraliste de ce modèle d'unité,  pour une part assez proche de qui semble se vivre au Conseil Œcuménique des Eglises, et ses frères protestants lui en voudront de tenir à l'importance d'un ministère de communion du pape de Rome, bien qu'équilibré dans une conception conciliaire de l'Eglise et donc des Eglises...

Ces pages sont passionnantes et plutôt faciles à lire. Dans le même souci qu'était celui d'Oscar Cullmann d'une théologie accessible à tout le peuple de Dieu, pas réservée à quelques uns. Elles sont conclues par une belle synthèse qui ose une relative relecture critique de telle ou telle position du théologien et qui partage également quelle est, pour l'auteur de cette étude, l'actualité théologique de la figure ici présentée et de sa façon de penser et de dialoguer.

Pour qui s'intéresse à l'exégèse biblique ou aux questions oecuméniques, ce livre vaut vraiment le coup. Belle occasion de redécouvrir tout un pan de notre histoire théologique du XXème siècle.

--------------

Matthieu Arnold, Oscar Cullmann. Un docteur de l'Eglise, éditions Olivétan, coll. Figures protestantes, avril 2019, 144 pages, 15€.

Publié dans Oecuménisme, Théologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :