Homélie lundi 23 septembre 2019

Publié le par Christophe Delaigue

Lundi de la 25ème semaine du Temps Ordinaire

Petites Sœurs des Pauvres - La Tronche

Es 1,1-6 / Ps 125 / Lc 8,16-18

 

Je ne sais pas comment vous recevez ces propos de Jésus mais moi en tout cas je trouve qu’il y a quelque chose d’un peu énigmatique… De quoi veut-il nous parler avec cette histoire de lumière à laisser briller et de choses cachées qui seront dévoilées ?

Au regard de la 1ère lecture – je vais y revenir – je crois qu’on peut entendre ici que Jésus nous parle d’une mise en lumière de ce qui se joue dans notre vie, y compris au regard de ce que nous ne comprenons pas, vous savez ces épreuves ou ces évènements que nous avons à traverser ou que nous avons eu à traverser et où nous nous sommes demandé quel sens cela pouvait-il avoir…

Et de fait nous avons tous été un jour ou l’autre bousculé par ce questionnement : pourquoi telle épreuve ? pourquoi telle souffrance autour de nous ? pourquoi aussi telle rencontre ou tel évènement qui ont pourtant été décisifs dans notre histoire ?

Je crois qu’un jour nous comprendrons, que la lumière sera faite sur ces sinuosités de nos vies. Et je crois même qu’il peut déjà nous être donné d’entrevoir un sens ou plutôt une direction à tout cela. Mais que nous ne pouvons le découvrir un peu qu’à la lumière de la présence de Dieu à nos côtés et donc, dans le silence de la prière et dans l’écoute patiente de la Parole de Dieu.

Je ne sais pas ce que chacun de vous vivez de questionnements sur le sens de votre vie et sur l’attente paisible ou non du passage dans la lumière de Dieu, mais c’est sûr que nous attendons tous, d’une façon ou d’une autre, des réponses de Dieu à ce que la vie nous a fait traverser. Et ce que je crois vraiment c’est que dans tous nos pourquoi et toutes nos questions, si nous les déposons en Dieu, si nous lui demandons sa présence, si nous lui demandons quelle est sa volonté c’est-à-dire à quoi il nous attend aujourd’hui dans le réel très concret de notre quotidien et donc dans le réel très concret de votre vie dans cette maison, c’est sûr que nous allons faire un peu l’expérience que Dieu est là avec nous et que c’est le plus important.

Et nous allons faire l’expérience que ce que nous vivons a un sens, celui de la vie qui nous traverse et qui nous appelle à vivre très concrètement entre nous l’appel à aimer, l’appel à aimer l’autre qui est là à mes côtés, mon voisin de chambre ou de table, aimer au sens de prendre soin les uns les autres, au sens de nous soutenir, tout simplement. Et peut-être aussi dans le sens d’apprendre à nous aider à rendre grâce pour ce que la vie nous donne chaque jour de bon, même dans des toutes petites choses qui peuvent paraitre bien peu mais qui sont de l’ordre de la vie qui est là.

Le lien avec la 1ère lecture c’est que le peuple d’Israël était en Exil, comme nous nous sentons parfois en exil dans notre propre histoire, parce que nous nous sentons seul ou nous perdons confiance ou espérance en Dieu. Le peuple d’Israël a vécu la douloureuse question de se demander si Dieu ne l’avait pas abandonné et si une sorte de salut était possible. Avec les mêmes questions que nous, les mêmes pourquoi…

Et voilà que Dieu va répondre de façon inattendue et même impensable, par ce roi perse et donc étranger qui va leur donner de faire l’expérience que Dieu ne les a pas abandonnés, la preuve : ils vont retrouver leur terre et on va pouvoir reconstruire le Temple. Or le Temple c’est quoi pour un juif ? C’est le lieu pour rappeler la présence de Dieu au milieu de son peuple, le peuple dont la mission c’est être signe de la présence de Dieu au milieu des nations, la présence de Dieu dans ce monde.

Le Temple, pour nous c’est désormais quelqu’un, c’est Jésus le Christ, Jésus qui nous dit qu’il est la lumière du monde. Jésus qui est ressuscité et qui nous promet qu’avec lui la vie est plus forte que nos expériences du mal et de la mort. Et le Temple c’est même plus que quelqu’un, c’est désormais nous tous à sa suite dans l’appel qu’il nous adresse à vivre l’Évangile, et notamment l’appel à aimer, l’appel à nous soutenir, à prendre soin les uns des autres, l’appel aussi à nous consoler et même à pardonner quand nous n’y arrivons pas bien...

Alors je prie ce matin pour que vous soyez les uns pour les autres des signes de cette lumière, à votre mesure, que vous soyez des petites lumières de vie, quoi que vous traversiez ; et que cela vous donne de garder ou de retrouver confiance et espérance en Dieu, Dieu qui est là avec vous, quoi qu’il arrive… C’est ce que nous célébrons à chaque eucharistie…

Publié dans Homélies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :