Homélie mardi 10 septembre 2019

Publié le par Christophe Delaigue

Mardi de la 23ème semaine du Temps Ordinaire

Col 2,6-15 / Ps 144 / Lc 6,12-19

 

Je propose qu’on s’arrête quelques instants plutôt sur la 1ère lecture. Il me semble que l’envoi en mission des 12 apôtres on connaît un peu, et peut-être d’ailleurs que les appels de la 1ère lecture, justement, nous disent comment, nous, nous pouvons répondre à ce même envoi en mission, qui nous concerne nous aussi comme les apôtres…

Dans notre 1ère lecture, donc, Paul nous adresse plusieurs appels. Et le premier, qui résume, je crois, ou qui intègre les autres, c’est ce qu’on a entendu au tout début de cette lecture quand Paul nous dit : « menez votre vie dans le Christ Jésus (…). Soyez enracinés, édifiés en lui » 

Mener notre vie dans le Christ Jésus. Enraciner notre vie en lui, construire notre vie en lui…

En laissant résonner ces mots dans ma prière ce matin je repensais à Jésus qui nous dit dans l’évangile de Jean, au chapitre 15 : « Demeurez dans mon amour… Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimé… Celui qui demeure en moi et qui garde mes commandements, je demeure en lui et lui demeure en moi » …

Si nous voulons vivre à la suite du Christ – c’était l’appel de dimanche – et si nous voulons trouver là un chemin de bonheur et de vie, nous avons dans ces quelques versets une sorte de clé. A la fois l’appel à vivre avec le Christ quelque chose qui soit de l’ordre d’une amitié, dans la confiance en sa présence, comme il l’a promis, une présence que nous pouvons pressentir dans le silence de la prière ou que nous allons appendre à pressentir dans le mystère de l’eucharistie ; et en même temps l’appel à le vivre entre nous, découvrir que cette amitié avec le Christ va nous faire entrer dans une amitié plus large, entre nous et même avec celles et ceux que la vie va nous donner de croiser.

C’est bien là que nous allons pouvoir vivre les commandements que le Christ nous laisse dans l’appel à aimer, l’appel aussi – pour le dire autrement et avec d’autres mots de Jésus – l’appel à être « miséricordieux comme le Père est miséricordieux » …

J’aime bien citer cette définition que le pape François donnait de la miséricorde dans le texte qu’il avait écrit, en 2015 je crois, pour annoncer l’année de la Miséricorde ; il dit : la miséricorde c’est « l’amour de Dieu qui console, qui pardonne et qui donne l’espérance » … 

Voilà comment aimer, voilà comment prendre soin de l’autre. Et c’est chemin de bonheur. C’est chemin d’un bonheur durable car c’est un bonheur qui concerne ma vie et celle des autres, inséparablement.

Et voilà pourquoi Paul dans la lecture de ce soir nous dit qu’il faut mourir et ressusciter, mourir à la vie autrement, celle du monde, pour ressusciter à cette vie-là que Jésus propose. Parce que cet appel à aimer, cet appel à devenir miséricordieux comme le Père est miséricordieux, cet appel à consoler, à pardonner et ainsi à donner de l’espérance, eh bien ça va à contre-courant de l’individualisme qui marque tant le monde dans lequel on vit, cet individualisme doublé d’une course au pouvoir et à la rentabilité. Or on voit bien, si on veut bien regarder en vérité, que cela profite seulement à quelques-uns et que ça ne rend pas forcément plus heureux, même ces quelques-uns…

Jésus nous propose un chemin de vie et de bonheur tout autre. Celui d’un amour mutuel à faire grandir où l’on va découvrir l’amour même de Dieu pour nous et pour tous, un amour que nous pouvons vivre nous aussi avec lui.

Cet appel à aimer, et l’appel à mener une vie dans le Christ, à édifier notre vie en lui, nous pouvons l’entendre et y répondre grâce à la Parole que nous recevons de celles et ceux qui nous ont précédé et grâce à la prédication.

Je me suis dit qu’on pourrait tout simplement se demander ce soir comment est-ce que nous écoutons cette Parole, semaine après semaine, messe après messe ? Est-ce que nous voulons bien l’écouter et la recevoir comme une Parole que Dieu nous adresse et donc qui nous appelle et nous engage ? Pas juste comme des beaux textes qu’on nous partage...

Et du coup : quel moyen nous nous donnons du coup pour cela, pour la prier mais aussi pour la partager avec d’autres, par exemple dans les fameuses Frat’ qui vous sont proposées et qui peuvent être un vrai lieu d’amitié ?

Pour le dire autrement : quels sont les lieux ou les moments ou les amis que je me donne pour me laisser façonner par cette Parole que Dieu veut m’adresser jour après jour ?

Voilà en tout cas l’école de vie que Jésus nous propose pour devenir ses disciples… Amen.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :