Homélie vendredi 13 septembre 2019

Publié le par Christophe Delaigue

Vendredi de la 23ème semaine du Temps Ordinaire

1Tm 1,1-2.12-14 / Ps 15 (16) / Lc 6,39-42

 

Il est marrant, Jésus, avec ces questions qui n’en sont pas ! « Un aveugle peut-il guider un autre aveugle ? Ne vont-ils pas tomber tous les deux dans un trou ? » Évidemment que posé comme ça on connaît la réponse à la question. Et il est bien gentil, Jésus, mais ça n’est en fait pas si évident. J’ai un grand-père qui était aveugle et je peux vous assurer qu’il m’aurait guidé bien mieux que moi je n’aurai pu le faire pour lui dans les rues de Lyon qu’il connaissait par cœur. Et j’imagine assez bien un autre aveugle posant sa main sur son épaule et lui le guidant prudemment et évitant les trous grâce à sa canne…

Bon… Ceci étant on voit bien ce que Jésus veut nous dire. Et c’est la suite de son propos qui est importante et qui nous concerne nous : « Le disciple n’est pas au-dessus du maître ; mais une fois bien formé, chacun sera comme son maître » 

Le disciple… Eh bien c’est nous, c’est vous et c’est moi. Et si nous sommes là c’est un peu pour ça je pense, pour vivre avec Jésus, pour qu’il nous accompagne et pour que nous puissions trouver en lui des forces pour ce que la vie nous donne de vivre.

Nous sommes appelés à être ses disciples. Et lui c’est le maître. Mais j’ai quand même envie de vous poser la question : voulez-vous vraiment que Jésus soit le Maître de votre vie ? Voulez-vous vraiment le suivre jusqu’à accepter qu’il conduise, lui, votre vie ? Et donc voulez-vous vraiment vous laisser former par lui pour pouvoir conduire d’autres à sa suite et permettre à d’autres d’avancer sur leur chemin de vie ?

C’est ça l’enjeu de ce que nous dit Jésus. Et ça se déclinera ensuite dans tout ce qu’il nous dit dans sa Parole, ça se déclinera dans tous les appels que nous entendons. Avec comme enjeu premier pour notre vie d’apprendre à contempler comment lui, Jésus, s’est laissé former par Dieu son Père et notre Père, et comment il a formé ses premiers disciples, comment il les a formés à vivre comme lui, à vivre à sa suite et à découvrir ainsi le chemin de bonheur et de vie que Dieu nous propose.

La question ce sera vraiment : voulons-nous bien, voulons-nous vraiment, faire de Jésus le Maître de notre vie et nous mettre non seulement à son écoute mais encore à son école ? C’est vraiment ça la question qu’il nous pose. Nous laisser éclairer par sa Parole et par son enseignement. Nous laisser bousculer aussi de nos habitudes bien humaines… Par exemple, si on entend la suite de cette page d’évangile de ce soir, cette question du jugement et du pardon.

On voit tellement vite tout ce qui ne va pas chez l’autre et combien ça nous est plus difficile de voir nos propres aveuglements ! Je n’ai pas besoin d’expliquer plus, je crois que si on regarde nos rapports les uns aux autres on voit très bien ce que Jésus veut dire… Qu’est-ce qui m’énerve ou m’insupporte chez l’autre ? Mais pourquoi ? Qu’est-ce que ça révèle de mes propres comportements voire de mes propres blessures ou fatigues ? Et comment Jésus regarderait l’autre en cela ? … Voilà les questions qu’on peut se poser… 

Tout ça, tout ce qu’on a entendu, ça fait suite à l’évangile d’hier qui finissait par ces deux appels hyper importants : le fameux « Ne jugez pas et vous ne serez pas jugez » – c’est bien de ça dont il s’agit dans ce que je viens de vous dire – et cet autre verset qui est pour moi le résumé de tous les appels de l’évangile et une façon de nous dire le fameux « Aimer Dieu (…) et aimer son prochain comme soi-même », ce verset, donc, cet appel : « Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux ».

Apprendre à vivre tout cela très concrètement, et déjà le découvrir petit à petit à l’écoute de l’Évangile et à l’école de Jésus, je vous assure que c’est vraiment chemin de vie, cet c’est même chemin de libération de tout ce qui entrave et enlise nos relations humaines. Avec l’aide de Dieu…

Et vraiment j’ai envie d’insister. Vous verrez ou vous savez déjà que sur la paroisse, ici à St Jo, ou avec le diocèse, on vous propose plein de soirées ou de parcours de formations vraiment bien – Bertille vous en parlerait bien mieux que moi et on vous donne rdv pour cela le mercredi 25 au soir – mais entendez, j’insiste, que la première des formations et le premier lieu pour avancer avec Jésus, pour devenir son disciple et pour découvrir là un chemin de bonheur, c’est de regarder comment lui il vit, c’est d’écouter ses appels et donc sa Parole, et c’est de l’associer à notre vie, le prier, lui demander sa force et sa présence, le célébrer comme ce soir dans l’eucharistie. Et puis c’est en même temps et inséparablement avancer ensemble, en communauté, et par exemple en Frat’, en nous aidant les uns les autres sur ce chemin tellement passionnant qu’est la vie et la vie avec Jésus ! …

Je vais m’arrêter là, je crois que vous avez compris le message ! Juste on va prendre quelques instants de silence pour laisser résonner en nous ce que ces mots ou les lectures de ce soir éveillent en nous, et pour l’offrir et le déposer au Seigneur. Parce que c’est là, dans le réel de notre vie qu’il veut nous rejoindre ce soir encore dans le mystère de son eucharistie… Amen.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :