Hors normes

Publié le par Christophe Delaigue

 

Je suis sorti très ému du cinéma, on se prend une claque dans la figure, c'est une vraie leçon de vie et de courage, d'humanité.

Les mots ou expressions qui me venaient :

  • bouleversant...
  • qui fait passer du rire aux larmes...
  • on sent une telle vérité de la vie (même si le jeu de l'un ou l'autre me paraissait un peu forcé ou récité à tel ou tel moment)...

Nous sommes aux côtés de Bruno et Malik, et de leurs associations respectives, “La voix des justes” (association juive qui accueille de jeunes autistes qu'aucune institution ne veut plus) et “L'escale” (qui forme des jeunes issus des banlieues au métier d'éducateur, leur donnant une chance). Avec eux, ce sont surtout Joseph et Valentin qui deviennent nos compagnons, le temps de ce film. Joseph, que Bruno essaye d'insérer, Joseph qui fut le premier de “La voix des justes”, celui pour qui l'aventure commença. Et Valentin, ce jeune très violent dont l'hôpital et son unité spécialisée ne savaient plus quoi faire et qui va former, à sa façon, Dylan, ce jeune à qui on le confie...

Ils sont hors normes... mais l'association de Bruno aussi, et c'est le problème. Alors même que tous sont bien contents qu'il les prenne, lui, ces jeunes que plus personne ne veut. Nous sommes avec lui, Bruno, au coeur d'une enquête du Ministère de la Santé et des Affaires Sociales. L'histoire vraie, semble-t-il au regard des images finales du film, de l'association “Le silence des justes”.

Vincent Cassel est bouleversant, dans le rôle de Bruno. A ses côtés : Reda Kateb (Malik), Benjamin Lesieur (Joseph) et Marco Locatelli (Valentin). Un grand merci à Eric Toledano et Olivier Nakache pour ce film magnifique.

J'ai lu que certaines associations étaient gênées du fait que l'une ou l'autre scènes font rire le publi et peut-être d'un côté un peu caricatural ci ou là (c'est de ait une comédie, et le rire ne peut-il permettre de faire passer des vérités ?). Je crois que la grande force de ce film est de montrer que ces jeunes autistes qu'aucune institution ne semble vouloir sont des personnes qui peuvent être attachantes, nous montrer cette part d'humanité qu'il y a en chacun. Les émotions que cela suscite auprès du public (rire comme larmes) attestent à leur façon que c'est réussi. Pour un film, je le redis du coup, bouleversant et magnifique.

La bande annonce...

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :