Hors service

Publié le par Christophe Delaigue

 

Je m'en rends compte en le refermant, j'ai dévoré ce livre ! Et j'en suis le premier étonné... Il est vrai que ça se lit très bien, en courts chapitres qui s'enchaînent bien et qui sont agréable à lire. Et l'expérience racontée aiguise la curiosité : un prêtre malade qui met en mot sa traversée, vous pensez !?

Oui, j'ai dévoré ces pages... J'avais franchement hésité à m'y plonger. Pour dire vrai, j'avais failli puis me reprenant j'avais renoncé. Je ne suis pas si fan que cela de ce genre de témoignage. Peur que les lecteurs de ce prêtre érigent son expérience en modèle... Car l'homme a, je pense et qu'il me pardonne, son fan club, celui des prêtres du Padreblog. Mais en fait, pourquoi avoir en soi ce sentiment jugeant ?

A la fois l'envie, donc, et en même temps ça résistait. Peut-être le besoin de me retrouver dans la mise en mots d'un autre, comme pour trouver confirmation de ce que la traversée de la maladie a provoqué en moi ? Et en même temps comme une sorte de peur intérieure que ce ne soit pas pareil ? Je ne sais...

Un ami m'a offert ce livre. Et quel ami ! Un père abbé de monastère, qui sort comme moi de traitements lourds après de longs mois et même plusieurs années de traversée. Frère d'épreuve, chacun dans notre propre maladie, mais en même temps... Il s'est retrouvé dans ces pages, pour une part sans doute, et voulait que je les lise, alors il m'a fait parvenir ce livre. Et franchement je ne regrette pas, et même je l'en remercie.

C'est donc un témoignage. Celui d'un prêtre hyperactif et passionné par son ministère, comme je l'étais, un peu tout-puissant sur les bords, comme ça peut nous guetter tous, qui se retrouve happé par l'épreuve de la maladie, fauché par la vie en cette dimension douloureuse et tellement difficile. Et il raconte ce que cela lui a fait vivre.

Certes c'est plutôt dans sa troisième partie sur l'après, la convalescence, que je me suis retrouvé et c'est là que j'ai été le plus bousculé, car je n'ai pas vécu comme lui l'hospitalisation ni la réanimation. Mes soins, mon “pendant”, furent plus de l'ordre de sa convalescence, son “après”. Avec les mêmes questionnements sur l'utilité, ou plutôt le sentiment d'inutilité, d'un ministère réduit à assister à la messe en spectateur, avec les découragements, avec la perte d'une communauté paroissiale qui faisait le quotidien, avec la question du sens de la vie et de se retrouver freiné et même coupé dans ses élans et ses projets à 40 ans !! ...

Le P. Amar partage surtout ce que l'homme a vécu, l'homme prêtre, mais dans cette dimension humaine de ce que cette épreuve fut et de ce qu'elle lui fait comprendre de l'intérieur ce que tant de malades vivent. Il reste discret sur ses combats intérieurs, s'il en a eu, sur ce que ça a provoqué ou bousculé de sa foi. Même si on le devine un peu ou s'il ose l'évoquer dans l'une ou l'autre page. Mon impression c'est quand même qu'il a découvert son humanité, découvert par l'expérience qu'un prêtre reste un homme. Quel cadeau ! Certes il est prêtre et le reste, il partage d'ailleurs sa foi en ces pages et ce que représente pour lui sa vie donnée, son ministère. Mais voilà que cette épreuve de la maladie nous conduit à notre commune humanité profonde et fragile, en nos vulnérabilités, nos peurs, la douleur de la souffrance, etc.

Je sors un peu bouleversé de cette lecture. Par ce qu'elle me donne de relire de ma propre traversée, sans doute, de ce que ça fait remonter de questionnements qui furent les miens. De ce que je pressens aussi de ce combat autre qu'il faut mener qu'est celui de la sortie de traitement, de la rééducation à continuer, de la fatigue qui s'était installée, des rythmes de reprise de ministère à trouver, des découragements de certains jours... tout cela patiemment, encore...

Je ne sais si je vous recommande ces pages. Je ne crois pas qu'on perde son temps. C'est un témoignage, prenons-le comme tel. Personnellement je suis heureux que cet ami moine m'ait offert de prendre le temps de cette lecture et d'ainsi oser affronter (encore) ce que la maladie m'a fait traverser et provoque en mon histoire.

--------------

Pierre Amar, Hors service, Artège, septembre 2019, 164 pages, 12€90.

Publié dans Témoignages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :