Art et décès

Publié le par Christophe Delaigue

 

J'ai aimé ! Et j'suis bien content de ces petits moments de lecture fort détendant que ça m'a offert ! J'aime ces personnages, ces Poulets grillés, ces bras cassés de la police aux méthodes étonnantes ! J'aime l'humour qui rend léger et pas du tout noir ou haletant cette enquête à laquelle nous sommes conviés ! J'aime le style et le rythme en courts chapitres qui nous tient et qui permet le suspens de ces pages. J'ai aimé !

Nous sommes là dans le troisième volet de ces polars qui nous font côtoyer cette bande de flics décalés, cette Brigade des Innocents, ces rescapés bizarres dont personne ne veut. Leurs méthodes sont franchement inhabituelles et font leur charme. Tous ont des profils hyper typés et presque caricaturaux pour un cocktail d'équipe assez détonant.

Les voilà ici dans une sorte de partie de Cluedo géant, sur une scène de film. Un meurtre, peu de mobiles, des alibis un peu trop faciles, quelques rebondissements, et surtout un membre de cette brigade de bras cassés qui se retrouve sur le devant de la scène, principal suspect. Elle est là comme scénariste, détachée pour quelques temps de cette brigade d'excentriques, se retrouvant au coeur de l'action.

Et pour agrémenter le tout, vous ajoutez un personnage inattendu, un bébé qu'ils vont avoir dans les pattes et qui va en rajouter à la cacophonie de ce poulailler qui, en plus, prend tout ça avec légèreté, sur un ton joueur...

Franchement j'ai ri à certaines pages et j'ai surtout retrouvé les ambiances décalées du 1er roman-polar de la série et qui reste sans doute le meilleur. On passe un bon moment de lecture avec une plongée amusante dans le monde du cinéma – même si, perso, j'ai trouvé que le dénouement était presqu'un peu rapide ou facile ; mais il fallait y penser ! que d'imagination !

--------------

Sophie Hénaff, Art et décès, Le Livre de Poche, mai 2020 (Albin Michel, 2019), 319 pages, 7€70.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :