Chronique spi (4) du « Midi avec Vous » de RCF-Isère

Publié le par Christophe Delaigue

Chers amis auditeurs de RCF Isère,

 

Poursuivant notre chemin spirituel de semaine en semaine, poursuivant ensemble et ainsi notre marche de déconfinement, mais aussi au cœur de ce que je traverse personnellement et qui forcément façonne et modèle ce que je vous partage chaque semaine, me sont venu ces jours ces quelques réflexions qui viennent, dans la suite de ce à quoi je vous invitais la semaine dernière. Car c’est bien au cœur de ce que nous vivons que Dieu se fraie un chemin dans nos vies et que là il se révèle.

 

La semaine dernière j'évoquais avec vous ce thème qui m’est cher d’un appel que Dieu nous adresse, je crois, à consentir à la vie... Mais n’y a-t-il pas un risque de confondre consentement et résignation ? C’est une question qui est vraiment spirituelle. Elle est spirituelle car elle concerne le sens de cette vie, le sens de la vie telle qu’elle nous traverse, le sens de la vie telle qu’il faut y consentir.

 

Mais nous voilà revenu au point de départ… Consentir ? Se résigner ? ... Comment faire ? Comment avancer ?

 

Peut-être faut-il se questionner autrement… Et si consentir à la vie c’était, comme je l’évoquais jeudi dernier, apprendre à recueillir la vie qui est là ? Non pas se résigner, du coup, mais regarder et affronter le réel. Affronter le réel au sens où l’on ne va pas faire semblant avec les difficultés, les blessures, les épreuves. Non, au contraire, affronter le réel en regardant, en recueillant, ce qui me rend vivant, tout simplement…

 

Ceux d’entre vous qui me connaissent le savent : ma vie, mon corps, sont traversé depuis plusieurs années par l’expérience douloureuse et difficile de la maladie. Avec ses hauts et ses bas. Avec ses résignations et ses découragements. Et c’est au cœur de cela que j’apprends à vivre. C’est là que j'apprends comme beaucoup d’autres à consentir, justement, à la vie. Non pas pour fuir le réel mais non pas non plus pour rêver un ailleurs, rêver autre chose. Non, pour apprendre au cœur de cela à entendre à quoi la vie appelle. Et qui dit « à quoi la vie appelle » dit en fait : à quoi Dieu appelle, à quoi Dieu nous pousse, à quoi il nous attire, où est-ce qu’il nous veut…

 

Nous apprenons tous à vivre, au fil des événements et des rencontres, au cœur de ces événements et de ces rencontres ; et même : grâce à ces événements et ces rencontres. Nous voudrions parfois, et peut-être même souvent, que la vie soit autrement. Or cette vie-là, le réel de la vie telle qu’elle est, c’est la vie ! Car il y a bien de la vie qui est là et qui me traverse. De la vie qui me rend vivant ! Même au cœur de la maladie ou de l’épreuve.

 

Alors recueillons-la, cette vie. Et rendons grâce de ce qui chaque jour nous fait avancer, ce qui chaque jour nous tient debout, ce qui chaque jour nous fait toucher du doigt qu’il y a là un mystère plus grand que nous. Et que là, je le crois, Dieu est présent avec nous.

 

[Pour écouter l'émission, c'est par là]

Publié dans Méditations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :