Glacé | Bernard Minier

Publié le par Christophe Delaigue

 

Je ne connaissais pas cet auteur, j'ai lu ce polar sur recommandation d'une de mes infirmières du moment. Quand j'ai vu le nombre de pages j'ai pris un peu peur mais au final pas de soucis de ce côté là, ça se lit bien, c'est bien mené, on voit pas les pages défiler !

Nous sommes dans un coin perdu des Pyrénées, au coeur d'un hiver glacial. Un évènement étonnant et macabre vient réveiller un village au passé qu'on a voulu garder bien endormi... Dans cette même commune, un centre de détention psychiatrique où l'on tente de garder bien endormis eux aussi le pire des pires des prisonniers meurtriers qui peuvent exister...

Vous ajoutez un commandant de police quadra, passionné de la musique de Gustav Mahler et surtout qui a l'intuition fine ; on va l'appeler de Toulouse sur cette affaire étonnante qui va se révéler la plus étrange de sa carrière... et la plus dangereuse...

Voilà le décors planté, l'histoire peut se raconter, se lire, s'écrire... lentement, au fil des chapitres qui font se croiser les lieux et celles et ceux qu'il nous faut suivre pour que le puzzle s'assemble, petit à petit. Au fil de l'enquête, les éléments vont s'emboiter dans un rythme qui s'accélérera.

C'est pas mal vu et pas mal mené, même si l'une ou l'autre hypothèse semble un peu trop simple ou évidente, mais on ne nous y prend pas si facilement, ni le commandant Servaz d'ailleurs. L'un ou l'autre rebondissement nous laisse surpris et voilà notre attention relancée pour arriver à enfiler les plus de 700 pages qui pouvaient nous retenir un peu.

J'ai passé un bon moment, je recommande pour les amateurs de polars et thrillers qui suivent ce blog ou pour ceux que vous connaissez. Pour celles et ceux qui préfèrent les séries, c'est possible aussi, avec Charles Berling (2017). La bande annonce, c'est par ici.

--------------

Bernard Minier, Glacé, Pocket, mai 2012 (XO éditions, 2011), 730 pages.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :