Quand l'Eglise fait confiance aux jeunes !

Publié le par Christophe Delaigue

Cela devrait être une évidence ! Je vous l'accorde ! Mais on voit bien autour de nous que nos communautés paroissiales ont du mal, parfois, à sortir de leurs habitudes... Or un jeune qui arrive, c'est forcément du neuf ; car il est porteur de ses propres aspirations, de ses propres attentes, de ses propres questions... qui - c'est une évidence - ne peuvent pas être les mêmes que ceux qui sont là depuis longtemps, avec les doutes et convictions liés à leur âge, à leur histoire, à la connaissance qu'ils ont les uns des autres, à ce qu'ils ont construit ensemble, etc.
Souvent nous déplorons le manque de jeunes... Souvent eux ne se sentent pas accueillis...

L'année dernière, le diocèse de Grenoble-Vienne s'est lancé dans une année d'Assises des Jeunes (18-35 ans). Une année que notre évêque voulait pour  que notre Eglise diocésaine se mette à l'écoute de ce que l'Esprit souffle dans le coeur des jeunes aujourd'hui. Une année pleine de rencontres, de débats, de fête, mais aussi de projets qui commencent à voir le jour.
Parmi eux, cette idée folle d'oser confier une église à des jeunes ; qu'ils la fassent vivre et qu'elle leur permette de témoigner de leur foi et d'inviter d'autres jeunes à découvrir Celui qui nous fait vivre.
Notre évêque a entendu, il s'est laissé bousculé... Et à Pentecôte, il l'annonçait : "je vous confie l'église St Joseph"- à Grenoble - "et je nomme pour vous un jeune prêtre" - mon ami et frère d'ordination Loïc Lagadec.

Ce dimanche soir 13 septembre, à St Joseph, c'était le lancement officiel de ce "Pôle Jeunes", par notre évêque, et l'installation de Loïc comme "chapelain" de cette église et comme responsable de la pastorale des jeunes du diocèse.
Une belle célébration avec une liturgie où l'on essaye d'habiter l'espace liturgique en mettant en valeur ces lieux où le Christ se donne à nous :
- d'abord dans l'accueil en silence, face à la croix, avec la lumière qui brille au centre, au coeur de l'espace de prière, puis qui est transmise devant la croix du choeur face à laquelle la célébration va se déployer
- autour de la Parole, mise en lumière, elle aussi, à partir du temps des lectures
- avec l'autel, enfin, qui s'éclaire lui aussi à partir de l'offertoire, pour que nous y accueillions Celui qui est notre lumière et qui vient se donner à nous, mystérieusement, dans le pain et le vin de l'eucharistie.

On sent que la vie est en train de naître - pardon, c'est en train de renaître d'une vie nouvelle - et c'est beau à voir ; c'est même bon.
Notre évêque était heureux, je crois ; les jeunes aussi, ainsi que l'équipe diocésaine nommée pour accompagner tous ces projets.

Nous avons de la chance dans ce diocèse de Grenoble-Vienne.
Ceci dit, tout reste à faire et cela ne dépend plus que des jeunes.
Quelle belle aventure !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :