"C'est en Galilée qu'ils me verront"...

Publié le par Christophe Delaigue

A la fin de l'évangile de Matthieu, le Christ ressuscité dit aux femmes à qui il apparaît : "Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu'ils doivent se rendre en Galilée : c'est là qu'ils me verront."

La Galilée... Ce n'est pas Jérusalem, la ville sainte juive. La Galilée, c'est la contrée déjà lointaine, frontière d'avec les païens ; c'est Capharnaüm, ce sont les bords du lac de Tibériade et les sources du Jourdain, c'est le sermon sur la montagne avec ses Béatitudes, c'est l'appel des premiers disciples, c'est la multiplication des pains... Le pays est magnifique en cette saison ; la vie reprend, sans trop de chaleur, et les paysages sont contrastés... Un petit goût de paradis... !

Aller en Galilée, à l'invitation du Christ. Quelle joie pour moi de répondre à cet appel, dès le soir de Pâques. Et de célébrer dans ce pays tellement attirant tous ces jours saints qui sont un déployement de Pâques !

Au coeur de cette petite semaine, une journée à Jérusalem : l'esplanade du Temple et son mur des Lamentations, le Saint Sépulcre et le Cénacle - cel ieu où se déroulent tant d'évènements, du jeudi avant Pâques à la Pentecôte.

Une semaine avec des évêques et des prêtres du monde entier pour rélfléchir avec le Chemin Néo-catéchuménal à la Nouvelle évangélisation, voulue par Jean-Paul II. Les renontres furent très intéressantes. Les célébrations furent porteuses. Les lieux mettent en résonnance la Parole. Que faire aujourd'hui pour annoncer Jésus Christ, crucifié et ressuscité ? Comment en témoigner ?

Le Chemin Néo-catéchuménal offre un itinéraire séduisant, intéressant, mais exigeant et par certains côtés presque rop radical... De quoi m'interroger et m'interpeller quant à la pastorale ordinaire de nos paroisses...

 

De retour, pour célébrer le dimanche après Pâques - avec en prime des Professions de foi - les textes de la liturgie ont pris comme une résonnance plus forte que d'habitude, comme en témoignent  un peu ces quelques lignes qui ont guidé mon homélie de ce jour là :

Bien souvent nous n’avons plus cette fougue des premiers apôtres, comme dans la 1ère lecture... Sans doute parce que nous sommes comme au soir de la résurrection, dans l’évangile où Thomas veut toucher ; nous sommes endormis, emmurés. Avons-nous la foi ? Que faisons-nous de ce baptême que nous avons reçu ? Je crois qu’il y a là une vraie question… Avons-nous besoin de Dieu ? Qu’est-ce que le Christ ressuscité change concrètement dans notre vie de tous les jours ? Chacun de nous peut s’interroger sur ses peurs et ses paralysies… Croyons-nous que le Christ peut nous y rejoindre et nous donner la vie, si nous nous ouvrons à lui, si nous lui demandons la force de son Esprit ? C’est sans doute là le problème… Est-ce que nous croyons vraiment qu’il est à nos côtés et qu’il peut faire quelque chose pour nous – et déjà nous donner cette paix du cœur qu’il nous promet ?

J’ai ajouté que sur le chemin de la foi, nous avons besoin les uns des autres, comme les apôtres, comme Thomas, pour nous porter, nous soutenir, faire mémoire et donc grandir dans la foi. Car bien souvent, nous sommes comme Thomas, nous voudrions des preuves. Or nous n’en aurons pas ! Nous aussi il nous faut croire sur parole : celle des témoins qui nous précèdent et nous entourent et celle de Dieu entendue et méditée dimanche après dimanche dans l’eucharistie, grâce à l’Eglise…

 

Du coup, être disciple, vivre de son baptême, c’est tout cela ! C’est s’ouvrir au Christ pour qu’il nous donne sa paix et nous permette de traverser les épreuves, c’est nous mettre à l’écoute de sa Parole, c’est nous soutenir mutuellement dans nos questionnements de foi et dans la prière et c’est témoigner de ce qui nous fait vivre – du Christ qui est là avec nous – auprès de ceux que nous rencontrons.


Cette semaine m'oblige à fonder, toujours et encore, ma foi au Christ ressuscité, présent à mes côtés, par le don de son Esprit, comme il l'a promis, lui qui nous dit en finale de l'évangile de Matthieu : "Allez ! De toutes les nations faites des disciples en les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, et en leur apprenant à garder tous les commandements que je vous ai donnés. Et moi je suis avec vous pour toujours"...


Un appel à se laisser façonner par Celui qui est là et qui veut pour nous la vie ; un appel à se mettre à son écoute et à s'ouvrir à son Esprit, dans la prière ; un appel enfin à témoigner de sa présence aujourd'hui encore. Les uns avec les autres.

Publié dans Actualité