Devoir de mémoire, 65 ans après...

Publié le par Christophe Delaigue

C'était le 27 janvier 1945. L'armée rouge libérait les quelques survivants du camp d'Auschwitz, lieu d'extermination et d'horreur, lieu symbole, malheureusement, de ce que l'homme peut faire de terrible... au nom d'une idéologie absurde...
65 ans après, où en sommes-nous ? Les génocides n'ont pas complètement disparus... Certes, l'humanité avance, petit à petit ; il faut en tout cas y croire et le vouloir... Mais il y a urgence pour cela à ne pas oublier : non pas pour condamner ou juger ceux qui nous ont précédés - cétait hier... - mais pour ne pas reproduire, pour garder vive la blessure et donc le désir d'une humanité qui se construise en ce qu'elle peut offrir de beau et de bon...

Comment faire mémoire ? L'histoire est un facteur important ; comprendre les causes, les mécanismes. La culture aussi est un lieu qu'il ne faut négliger car sans elle que devient l'humanité ?

Faire mémoire... Un livre et un film m'y aident ces jours-ci.

Le livre : Jan Karski, de Yannick Haenel (Nrf-Gallimard, mai 2009, 187 pages) ; un roman qui est en même temps un témoignage et un récit. Car le réel est la base de ce qui nous y est livré, l'histoire de ce messager de la Résistance polonaise auprès du gouvernement en exil à Londres, chargé de dire au monde ce qu'il a vu de l'extermination en Pologne ; 35 ans après, il raconte et surtout il s'interroge : pourquoi les Alliés ont-ils laissé faire l'extermination abominable des Juifs d'Europe ?
"On a laissé faire l'extermination des Juifs. Personne n'a essayé de l'arrêter, personne n'a voulu essayer. Lorsque j'ai transmis le message du ghetto de Varsovie à Londres, puis à Washington, on ne m'a pas cru. Personne ne m'a cru parce que personne ne voulait me croire. Je revois le visage de tous ceux à qui j'ai parlé ; je me souviens parfaitement de leur gêne. C'était à partir de 1942. Etaient-ils aussi gênés, trois ans plus tard, lorsque les camps d'extermination ont été découverts ? ça ne les gênait pas de se proclamer les vainqueurs, ni de faire de cette victoire celle du "monde libre". Comment un monde qui a laissé faire l'extermination des Juifs peut-il se prétendre libre ? Comment peut-il prétendre avoir gagné quoi que ce soit ? Il n'y a pas eu de vainqueurs en 1945, il n'y a eu que des complices et des menteurs. (...) Tous ils savaient, mais ils faisaient semblant de ne pas savoir. Ils jouaient l'ignorance, parce que cette ignorance leur était profitable." (pp.115-116)...
Ce livre clame la désespérance d'un homme qui ne dort plus d'avoir été témoin du silence des Alliés qui furent pourtant ceux qui libérèrent l'Allemagne comme la Pologne tout en étant ceux qui laissèrent les Soviétiques annexer l'Europe de l'Est pour une nouvelle histoire d'oppression...

Plus "optimiste", un film : Karol ; sorti il y a quelques années, disponible en DVD, voilà l'histoire de celui qui devint Pape en 1978, l'histoire de toutes ces années où il devint un de ceux par qui le Communisme fut finalement renversé en Europe, en 1990. Bien plus que l'histoire personnelle d'un homme ou de celle de l'Eglise, le film retrace l'histoire d'une nation piégée et oppressée, entre nazisme puis communisme, l'histoire d'un peuple qui apprend à survivre, à trouver une force d'espérance pour ne pas sombrer...

Ce livre comme ce film sont des témoignages poignants sur cette Pologne écartelée, laissée à l'horreur, dévastée, qui vécut des années d'enfer...

Auschwitz c'est la Pologne. Mais la Pologne n'est pas qu'Auschwitz. Des hommes et des femmes se sont levés, témoins que l'homme n'est pas habité que par le mal et que ce dernier n'a pas le dernier mot.
L'homme, certes, est capable du pire ; mais aussi du meilleur ! La vie et l'amour sont plus forts, quand  les hommes décident de vivre cela et de le vivre ensemble !  Il y a là une espérance qui est une force.
Il est important de ne pas l'oublier. C'est notre devoir de mémoire nous qui n'avons pas connu cette guerre pourtant si proche, nous qui devons aujourd'hui éduquer ceux qui nous suivent et qui ont à construire avec nous le monde de demain.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :