Grâce aux conscrits, mieux comprendre l'Eglise... !

Publié le par Christophe Delaigue

Ce matin a eu lieu la "traditionnelle" messe des conscrits de Theys... Non sans quelques difficultés préalables et quelques histoires, malheureusement... Car les familles tarines (c'est le nom des habitants de Theys) ne comprenaient pas que la messe soit le samedi soir (comme tous les 3ème dimanche du mois) et pas le dimanche matin. Car c'est la tradition !
Mais c'est quoi une tradition ?
Je suis passé pour le grand méchant qui refusait de comprendre... Sauf que si je cédais, j'étais non plus le "connard" de service mais le "couillon" (ces deux expresions ne sont pas très belles mais elles disent bien les choses !).
J'a finalement opté pour ajouter une messe supplémentaire, à 9h du matin (pauvres conscrits qui avaient fait la fête toute la nuit !), à condition qu'ils préparent avec moi (ça a été à peu près) et que les familles se bougent pour qu'i y ait des musiciens (heureusement qu'il y en avait une quand même...). Et surtout j'ai demandé au maire un droit de parole dans la bulletin municipal, qui sera publié dans les semaines à venir. Je l'en remercie.
La messe a eu lieu ce matin (plutôt très bien même si un certain nombre de conscrits sont arrivés en retard...).
Et voilà l'article que j'ai écris pour la commune, sous le titre : "Grâce aux conscrits, mieux comprendre l'Eglise."

La messe des conscrits aura donc eu lieu... Elle fut d'ailleurs très belle et priante... Mais à quel prix... Que d'incompréhensions, que de violence verbale aussi... Tout ça au nom d'une tradition et d'une messe que beaucoup "boudent" pourtant d'habitude... C'est à ni rien comprendre... Sauf à mieux voir, finalement, ce qu'est l'Eglise aujourd'hui.
Vous le savez bien, il n'y a plus depuis longtemps un prêtre par clocher. Tout simplement par ce qu'il y a dans notre société une crise de l'engagement sous toutes ses formes mais aussi parce que nos communautés chrétiennes se sont réduites ; or les prêtres ne "poussent" pas tout seuls ! Nous redécouvrons, de ce fait, que l'Eglise ce n'est pas d'abord un clocher-bâtiment et un prêtre mais une communauté de croyants qui cherchent à avancer dans la foi et qui se rassemblent pour prier et célébrer l'eucharistie, comme Jésus nous a dit de le faire.
Aujourd'hui plus personne n'y est obligé, comme il y a 50 ans. C'est un progrès ! Devenir chrétien et venir à la messe devient un choix, libre, au nom de sa foi !
Au service de ces communautés, des prêtres. Un pour notre paroisse qui fait 9 communes (aidé du P.Raymond qui repart l'été prochain et qui sans doute ne sera pas remplacé) ; comme avec le P.Sante. Sauf que c'est un prêtre qui n'a pas que la paroisse mais divers autres "missions" au service du diocèse (dont des études encore en cours à Paris).
Face à cela, des communes (pas forcément les communautés chrétiennes) qui ont chacunes leurs traditions dans lesquelles l'Eglise avait une place. Comme pour les conscrits. Il y avait une messe tout simplement parce que tout le monde allait régulièrement à la messe ; et cette messe des conscrits était le dimanche matin tout simplement parce que la communauté chrétienne se rassemblait le dimanche matin. Tout simplement. Aujourd'hui il nous faut bien prendre acte que les choses ont changé ! Tout le monde ne va plus à la messe (les conscrits les premiers comme beaucoup de leurs familles ; ce qui est un droit, un choix ; je le respecte entièrement) ; et la communauté ne se rassemble plus forcément le dimanche (à Theys la messe est célébrée le 1er dimanche du mois et le 3ème samedi ; le rythme sera conservé). Du coup, ce qui était "normal" - et "obligé" - ne l'est plus aujourd'hui !
Cette année la messe des conscrits a donc eu lieu. L'année prochaine, si les conscrits veulent venir à la messe, ils pourront, évidemment ; je les accueillerai volontiers. Et comme l'Eglise c'est ce que nous en faisons, ils pourront même préparer "leur" messe, s'ils veulent, au service, ce week-end là, de la communauté. Mais cette messe aura lieu quand les chrétiens se rassemblent, pas en plus ; ce sera donc vraisemblablement le samedi soir à 18h30 si les dates restent les mêmes ; juste avant d'entrer dans les festivités du week-end, ce qui sera le mieux pour tout le monde.
N'oublions pas que l'Eglise ce sont des croyants qui se rassemblent.
Mes meilleurs voeux à tous.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :