Intouchables

Publié le par Christophe Delaigue

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/82/69/17/19806656.jpg

Dira-t-on de ce film qu'il est un des "phénomènes" de l'automne ? En tout cas les salles ne désemplissent pas et c'est étonnant de voir que cela touche toutes les génrations et même, visiblement, tous les milieux (ceux qui puvent aller au cinéma, évidemment).

Ce film est étonnant. Par la gravité de son sujet - l'histoire de Philippe, tétraplégique suite à un accident de parapente - et par l'humour avec lequel ce sujet est justement traité. Rien à voir avec Le scaphandre et la papillon, sorti il y a un peu plus de 4 ans, très beau film lui aussi mais terrible et dramatique, bien qu'appelant pourtant et ouvrant à une certaine forme d'espérance, malgré tout - une histoire vraie là aussi, une belle leçon de vie.

Sans doute que la réussite d'Intouchables tient justement de cet humour qui le traverse et le colore de part en part. Osanst affirmer ce que nous n'oserions dire sur le handicap et les handicapés ! Et du coup ça fait du bien ! Un peu de frâicheur et d'espoir dans le tragique de cette aventure si douloureuse et si complexe de la perte totale d'autonomie. Un peu de frâicheur et d'espoir, pour nous spectateurs, au coeur de la morosité automnale - quoi que le temps est au beau et fait du bien ! - et surtout sociale de cette fin d'année où l'on ne nous parle que de crise, sans oublier les cancers ou autres maladies ou déprimes qui affectent et plongent beaucoup de ceux qui nous entourent dans une espèce d'ambiance de désespérance.

Ce film nous raconte l'histoire - inspirée de faits réels - de la rencontre entre Philippe (François Cluzet), richissime tétraplégique, et Driss (Omar Sy), jeune noir issu des banlieues et qui sort de prison. L'un a besoin d'une aide à domicile pour lui donner un semblant d'autonomie assistée, l'autre ne voulait qu'une signatue pour les Assedics pour prouver qu'il s'était présenté à une offre d'emploi - qui serait restée sans lendemains. L'un et l'autre finissent par se pemettre mutuellement de reprendre vie, de retrouver un sens à ce qu'il sont et même une certaine dignité. Et l'un comme l'autre renaissent - pardonnez-moi ce mot que certains jugeront excessif - à la conscience d'eux-mêmes mais aussi - et peut-être surtout - de tous ceux qui sont là autour d'eux - conscience et responsailité à leur égard.

Ce film est à la fois drôle - Driss est d'ailleurs embauché car il ne fait pas semblant et ose des paroles décalées - et profond. Un film qui fait du bien pour sa "fraîcheur" et la vie qui en jaillit.

link

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :