L'évènement Vatican II

Publié le par Christophe Delaigue

http://www.laprocure.com/cache/couvertures_mini/9782872992072.jpgJohn W. O’Malley, est jésuite, américain. Spécialiste de l’histoire des conciles, il s’est intéressé très tôt au concile Vatican II, dès ses années d’études en théologie, à Rome, en plein concile justement. Depuis lors il n’a cessé de travailler et d’écrire sur ce que beaucoup considèrent comme l’évènement du XXème siècle, pour l’Eglise mais plus largement pour le monde si l’on considère l’ampleur du travail, le nombre de personnes rassemblées, la durée elle-même du concile et les nombreux impacts et effets qu’il eut, dans l’Eglise catholique, pour les autres Eglises et dans le rapport de l’Eglise au monde.

Ce livre passionnant à bien des égards, théologiquement et historiquement, propose de nous faire vivre les débats du concile. D’en comprendre les enjeux, les intuitions, les questions, mais également les combats, les doutes, mais encore les chemins ouverts.

Mais n’est-ce pas un livre de plus au milieu de tant d’autres ouvrages ? Dès les premières pages, l’auteur nous répond : « parmi la quantité de volumes sur le Concile que l’on peut trouver en librairie, il manque un livre de base sur le sujet. Par « livre de base », j’entends un compte-rendu bref et lisible, qui réalise trois objectifs. Premièrement, fournir le fil historique essentiel, qui va du moment où le pape Jean XXIII annonça la tenue du Concile, le 25 janvier 1959, jusqu’à sa conclusion, le 8 décembre 1965. Deuxièmement, replacer les thèmes émergeant de ce récit dans leur contexte aux sens large et plus étroit, historique et théologique. Troisièmement, fournir quelques clés qui permettent de saisir ce que le Concile espérait mettre en œuvre. Tel est l’espace vide sur les rayonnages que j’espère combler en écrivant le livre. »

Le triple objectif est atteint, magistralement. Mais je ne suis pas sûr de classer l’ouvrage dans les « livres de bases » ! C’est une somme ! Une belle somme ! Une petite somme, rassurez-vous (seulement 448 pages !). Un Vatican II expliqué à ceux qui ne l'ont pas vécu de Daniel Moulinet, aux Editions de l’Atelier, est un « livre de base » et même « de vulgarisation », comme son Vatican II… tout simplement, aux même éditions de l’Atelier. Le livre-récit de Christine Pedotti dont j’ai déjà fait écho sur ce blog, courant juin, La bataille du Vatican, chez Plon, en est également même s’il est au moins aussi long mais se lisant comme un roman puisque les évènements sont ainsi racontés. Là, avec O’Malley, il s’agit véritablement d’une synthèse historique et théologique, simple car assez facile à lire, mais complète et fouillée, dense parfois. Et c’est passionnant ! Les premiers chapitres paraîtront peut-être un peu long à qui veut se plonger dans le concile lui-même car ils racontent, expliquent et analysent le contexte large, notamment toute l’histoire du XIXème siècle. Mais on se rend compte après coup combien c’était important de faire ce détour ! Le reste des presque 500 pages suit le déroulement des sessions du concile et intersessions, le long développement de l’histoire de la rédaction des seize documents conciliaires et des débats souvent houleux qui les virent naître.

Comment le concile put-il produire tout cela ? Plus on avance dans la lecture du livre plus on comprend que le résultat tient presqu’au miracle ! Ou à l’action de l’Esprit Saint ! Plus on comprend aussi combien ce concile est bien un évènement, un grand évènement, qui a façonné et profondément modifié, positivement, notre Eglise, en ce qu’elle est, en ses fonctionnements instituionnels, et dans son rapport au monde. Même si nous avons parfois l’impression de raidissements ou de retours en arrière. Rappelons-nous à ce propos que nous ne sommes que quelques cinquante ans après, que l’évènement est tel qu’il faut le recevoir, petit à petit, dans les suites des combats qu’il y eut au cours de certains débats. Pas étonannt que la réception ne se fasse pas en un clin d’œil, sans questions, sans tâtonnements. Même si force est de constater qu’elle a bien eu lieu, que le concile façonne véritablement notre vivre ecclésial actuel, et donc qu’il est reçu.

Toutes les espérances du concile n’auraient pas vu le jour ? Ce livre nous permet de mesurer le pourquoi de cela au travers de l’histoire et des questions qui traversèrent l’évènement. En tout cas cet ouvrage « permettra au lecteur de voir plus clair dans ce qui s’est passé – et dans ce qui ne s’est pas produit » ; tel est le vœu final de l’auteur ; il est pleinement réalisé, en tout cas pour moi !

Encore un mot : la question de la collégialité, des évêques, et de l’articulation de celle-ci à la primauté du pape, est vraiment la question centrale de ce concile. J’en suis encore plus convaincu après ma lecture d’O’Malley. Cette question a traversé les débats mais aussi les travaux et les procédures de travail du concile lui-même. C’est passionnant de s’en rendre compte à ce point là. D’autant plus que cette question centrale l’est toujours pour la vie de notre Eglise catholique aujourd’hui, ad intra, mais aussi dans les débats œcuméniques.

Je n’oublie pas que l’autre grande question est celle du dialogue et du rapport au monde. Les pages de l’ouvrage d’O’Malley sont elles aussi traversées par cette grande question toujours d’actualité. Une autre bonne raison de se plonger dans ce livre fort stimulant.

 

John O’Malley, L’évènement Vatican II, Lessius, coll. « La part-Dieu », 2012, 448 pages.

Publié dans Théologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :