Paul VI et les orthodoxes

Publié le par Christophe Delaigue

http://www.editionsducerf.fr/html/livre/couverture/9/couv9536g_200.jpgJ'en conviens, le titre n'est pas des plus poétiques ou des plus accrocheurs ! Mais il dit bien son sujet ! Un sujet, qui plus est, qui se trouve être passionnant, tel que nous le partage son auteur, le frère bénédictin Patrice Mahieu. Car, de fait, ce livre est vraiment très intéressant ; un de plus dans la série des livres de l'été ! D'autant plus qu'il s'agit là d'un beau/bon complément à tout ce que j'ai déjà partagé depuis quelques semaines de lectures vraiment stimulantes sur le concile Vatican II.

Nous voilà plongés au coeur de l'histoire des questions et des avancées oecuméniques de Vatican II et des années qui ont suivies, sous Paul VI : son chemin à lui, notamment théologique, et celui des Eglises orthodoxes, comme l'indique le titre de l'ouvrage. Au fil des pages vraiment passionnantes (pardon de me répéter... !) on y découvre notamment cette quasi "obsession" de Paul VI et du patriarche de Constantinople Athélagoras à pouvoir concélébrer ensemble l'eucharistie, ce qui fut sur le point d'aboutir même si la pleine communion n'était et n'est pas encore retrouvée ; on y découvre également cette autre "obsession" de l'un comme de l'autre à ce que les avancées sur le chemin de cette pleine communion entre leurs deux Eglises ne se fasse pas au détriment d'une unité de l'orthodoxie, une unité à rechercher elle aussi, à faire grandir et à consolider.

Ces pages sont une invitation fort stimulante à relire autrement l'histoire de Vatican II, par cette porte d'entrée de l'oecuménisme et de l'orthodoxie, et à se plonger dans le "dialogue de la charité" entre ces deux Eglises, qualifiées très officiellement par Paul VI comme Athénagoras d'Eglises-Soeurs, qui permit d'ouvrir un dialogue théologique toujours en cours.

A ce livre passionnant il nous faut espérer maintenant une suite : l'histoire des relations oecuméniques et du dialogue théologique sous le pontificat de Jean-Paul II. On pourrait aussi regarder du côté des Eglises de la Réforme, quels furent les rapports de Paul VI et les questions qu'il porta. De fait, ce livre n'en fait aucune mention ; sans doute parce que c'est vraiment du côté de l'Orient qu'il y eut, avec Paul VI, les avancées les plus significatives, grâce notamment à cette amitié et cette fraternité grandissantes avec Athénagoras et la volonté de celui-ci à retrouver la communion avec l'Eglise catholique romaine. Il serait intéressant d'avoir les échos des Eglises de la Réforme à ces avancées et questionnements oecuméniquesentre les Eglises catholique et orthodoxes, sous Paul VI, et même après, sous Jean-Paul II. Dans le même ordre d'idée il aurait été intéressant d'avoir, dans ce volume, quelques échos des réactions des autres Eglsies orientales, notamment les Eglsies orientales catholiques dont il est fait mention ci ou là mais peu finalement ; or l'existence de ces Eglises n'est pas sans lien avec les rapports entre orthodoxie et Eglise catholique et "interfère" dans les questions ecclésiologiques et, par conséquent, dans les éventuelles avancées sur le chemin de l'unité ; l'actualité oecuménique de ces dernières années en témoigne...

Ceci dit, pour ceux qui connaissent mal Paul VI, Vatican II et l'oecuménisme, et l'orthodoxie, ces pages peuvent être une porte d'entrée qui ne me paraît pas trop difficile. Et pour ceux qui veulent approfondir et découvrir toujours plus, je ne peux que recommander cet ouvrage.

 

Patrice Mahieu, Paul VI et les orthodoxes, Cerf, coll. Orthodoxie, 2012, 304 pages.

Publié dans Théologie, Oecuménisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :