Qu'est-ce que la vérité ?

Publié le par Christophe Delaigue

 

Cette question me vient… Pas par hasard… Hier au débat télévisé pour le 2ème tour de l’élection présidentielle, on voyait bien que chacun croit avoir sa vérité, ou plutôt voulait nous faire croire qu’il aurait la vérité sur ce qu’il faut faire pour que le pays aille mieux et donc que les français aillent bien. La vérité comme une idée, voire une idéologie. C’est très à la mode d’ailleurs : chacun aurait sa vérité…

Ce matin dans l’évangile de Jean, j’entends Jésus qui nous dit : « Je suis le Chemin la Vérité et la Vie »…

« Qu’est-ce que la vérité ? » C’est la question de Pilate à Jésus, lors de son procès, juste avant sa condamnation, sa Passion et sa mort sur la croix…

La vérité ? Pour nous chrétiens c’est quelqu’un ! C’est Jésus, mort et ressuscité.

Il est le Chemin, dit-il : celui qui nous permet, nous les hommes, d’accéder au Père, de connaître qui est Dieu, ce Dieu d’amour, ce Dieu du salut qui ne cesse de se révéler, petit à petit, à notre humanité – en témoignent les écrits de la Bible. Et il est inséparablement ce Chemin, lui Jésus, de Dieu vers l’homme. C’est bien ce que nous fêtons à Noël : nous croyons en un Dieu qui veut nous rejoindre et donc qui s’incarne, qui devient homme, pour vivre et comprendre de l’intérieur et pour de vrai qui nous sommes, et qui vient partager jusqu’au bout notre condition humaine pour la transfigurer de sa présence, pour nous ressusciter, pour nous faire enter dans ce mouvement étonnant, cette dynamique, de cette vie éternelle en Dieu à laquelle nous sommes appelés, si nous le voulons, si nous acceptons de vivre avec Dieu, de lui faire une place à nos côtés et de nous ouvrir à sa promesse de salut. Jésus prend jusqu’au bout ce chemin de notre vie humaine : jusque dans la souffrance et la mort qui traversent toute vie. C’est ce que nous venons de fêter à Pâques.

Jésus est la Vérité, ajoute-t-il : vérité sur qui est Dieu, ce Dieu Père qui nous aime et qui en même temps nous laisse complètement libre, jusque dans l’éloignement de lui ou le reniement, ce Dieu Père qui n’est pas un magicien qui peut supprimer nos épreuves mais un compagnon de route qui peut marcher à nos côtés et nous aider à avancer. Vérité sur Dieu, donc, mais vérité aussi sur notre condition humaine, dans de ce que nous pourrions vivre entre nous, par exemple, pour que le monde aille mieux : respect de la liberté de chacun, service et amour de l’autre qui est là et quel qu’il soit, regard qui n’enferme pas dans un jugement mais qui ose des chemins de pardon, respect de la vie quoi qu’il arrive, etc. La vérité de cette vie et de ce « programme », c’est que nous pouvons le vivre en Dieu, avec Dieu, grâce à cette force de vie et d’amour qu’est l’Esprit Saint, promis à ceux qui le demanderons, comme nous allons l’entendre à l’Ascension et le fêter à la Pentecôte.

Voilà la Vie qui nous est promise. Ce qu’a vécu dans son corps ce Jésus qui est mort et ressuscité, et ce qu’il nous offre comme chemin de vie, à sa suite.

La vérité est une personne. Pas des idées, aussi belles seraient elles. La vérité est le Christ lui-même dans ce qu’il a vécu et annoncé et dans ce qu’il nous propose de vivre chaque jour, à la lumière de sa Parole, et à l’écoute de son Esprit.

Pour qui voterons-nous dimanche ? Pas pour une vérité, c’est sûr… Pour le moins pire des deux programmes et de leurs idées… En essayant de discerner ce qui est le plus fidèle ou plutôt le plus proche de nos convictions chrétiennes et de notre foi ; ou en choisissant le moins pire, je ne sais…

On peut d’ailleurs encore réfléchir aux enjeux de ces élections et des thématiques des programmes grâce à ce texte de nos évêques qui ne dit pas pour qui voter mais qui peut nous éclairer sur des éléments qu’il nous faut avoir en tête pour voter  et qui sont détaillés en deuxième partie de cette déclaration, plus exactement en complément à leur déclaration : link

 

Publié dans Actualité