Une multitude d'amis

Publié le par Christophe Delaigue

 

http://www.laprocure.com/cache/couvertures_mini/9782850403118.jpg

De passage à Taizé, j’ai acheté et lu le dernier livre de frère John, Une multitude d’amis. Réimaginer l’Eglise chrétienne à l’heure de la mondialisation (Les Presses de Taizé, février 2011, 173 pages). C’est vraiment très intéressant. Surtout le cinquième dernier chapitre, d’ailleurs, qui est comme le « cœur » ou plutôt le « sommet » du livre, préparé par les quatre qui précèdent qui sont comme quatre « études » qui amène à ces pages vraiment très belles : « Je vous appelle mes amis ». Ces quatre « temps » qui y préparent sont sur « La foi chrétienne », « L’Eglise » et « L’amitié » suivis d’une relecture en quelques pages sur la vie à Taizé comme communauté qui essaye de vivre concrètement et à sa manière une réalité d’Eglise et de communion, dans une « spiritualité » de l’amitié au Christ et au nom du Christ.

Je retiens de toutes ces pages que suivre le Christ, vivre de l’Evangile, va de pair avec une vie fraternelle incarnée, dans une communion, dans une communauté ouverte aux autres. On pourrait résumer ainsi le questionnement de ce livre : c’est quoi être chrétien, comment vivre en chrétien(s), ça implique quoi, concrètement, une vie chrétienne ?

Frère John finit son livre par ces mots (p.171-172) : « Voici la double tâche qui nous incombe. Approfondir toujours davantage la foi chrétienne comme offre de communion avec Dieu et entre les humains, concrétisée dans des rapports d’amitié entre  les croyants et ouverte à tous. Et en même temps, mettre tout en œuvre pour que l’organisation concrète de l’Eglise reflète cette identité fondamentale et favorise cette amitié. » Car, écrivait-il plus haut, il n’y a pas de vie de communion et donc de vie chrétienne à la suite de l’Evangile sans fraternité et amitié et sans hospitalité (p.134-136).

Je relève tout particulièrement deux pages que j’ai trouvée lumineuses, en tout cas particulièrement intéressantes :

« (…) la vie ou la spiritualité chrétienne peuvent être décrites comme la tentative de s’approprier et d’approfondir une amitié avec Dieu par le Christ. Comment faire cela ? En deux mots : par la Parole et le Sacrement. Dans le baptême nous disons oui à l’offre de l’amitié que nous fait Dieu, en lisant et en méditant les Ecritures nous approfondissons le sens de cette amitié, en recevant le Corps et le Sang du Christ nous découvrons que la communion à Dieu renforce notre amitié avec tous ceux qui sont engagés sur le même chemin. A ces moyens classiques il faudrait ajouter ce qu’on a appelé « le sacrement du frère » : l’amitié avec Dieu s’approfondit et s’exprime dans l’amour que nous prodiguons aux autres, avant tout aux plus démunis.

L’amitié se concrétise par l’attention à l’autre et, dans notre relation à Dieu, cela s’appelle la prière personnelle. (…) Sans l’intériorisation d’une relation à Dieu par des moments réguliers de prière, nous ne développons pas, ou nous perdons vite, la conscience de la présence d’un Ami qui nous accompagne, quoi qu’il arrive. (…) Une des leçons de la vie monastique est le fait que d’établir une rythme de vie et d’y rester fidèle est une règle incomparable pour devenir les personnes que Dieu veut que nous soyons. Quand la prière entre dans le tissus de notre existence, au bout du compte elle finit par définir notre identité. A cet égard, quelques minutes d’intimité avec Dieu jour après jour, maintenues régulièrement, accomplissent bien plus que des poussées de ferveur de courte durée qui, inévitablement, demeurent à la longue au stade des bonnes intentions sans avoir de résultat concret. »

Publié dans Livres spiritualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :