Homélie 29 septembre 2017

Publié le par Christophe Delaigue

Vendredi 29 septembre 2017 / Fête des archanges Michel, Gabriel et Raphaël

Dn 7,9-10.13-14 ou Ap 12,7-12a / Ps 137 (138) / Jn 1,47-51

Nous fêtons donc, aujourd’hui, les saints archanges Michel, Gabriel et Raphaël… St Michel, c’est une figure qui nous parle sans doute car il est souvent représenté, et c’est notamment la 1ère lecture qu’on entendait à l’instant, et l’ange Gabriel nous le connaissons par l’Annonciation à Marie. Avec eux et avec l’archange Raphaël – l’ange qui guérit, dans le Livre de Tobie – nous fêtons aussi tous les anges…

Honnêtement, je ne suis franchement pas un spécialiste en anges… Mais… le peut-on vraiment, si ce n’est contempler ce qu’en disent un peu les Écritures et par exemple les textes de ce matin ? Le peut-on vraiment, en parler ou les connaître, alors que les anges sont des créatures célestes, des créatures du monde de Dieu, du Ciel, des créatures du monde invisible, et donc, par définition, des créatures que nous ne pouvons pas voir ?

Même si, c’est vrai, l’évangile de ce jour vient de nous laisser entendre qu’un jour nous pourrions voir, et même nous verrons, le Ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme, c’est-à-dire lui qui nous annonce cela, lui le Christ.

Dans le Livre de Daniel qui fait partie des lectures proposées pour ce jour, on nous dit que les anges, auprès de Dieu, sont là, par milliers de milliers et par myriades qui le servent.

Et dans l’autre lecture proposée, celle qu’on a entendue, celle de l’Apocalypse, on voit que les anges sont cette espèce d’armée de Dieu qui combat le mal, cette armée céleste conduite par St Michel, cette armée avec laquelle Christ est vainqueur du satan et de ses anges, satan et sa propre armée. On voit bien l’image de ces deux armées qui s’opposent, comme on voit bien ce combat en nous et dans le monde entre les forces du bien et les forces du mal.

Christ est vainqueur avec cette armé des anges, donc. Et je dis bien avec, je fais exprès de ne pas dire par cette armée. Car Christ n’est pas vainqueur que par ses anges, nous a dit notre texte de l’Apocalypse, il n’est pas vainqueur seulement par cette espèce d’armée céleste dont on ne sait trop comment elle agit ; non, le salut advient, la victoire est annoncée aussi grâce au témoignage et au don de leur vie, jusqu’au bout, de ces frères et soeurs, dit le texte, qui se sont laisser détacher de leur vie, qui sont allés jusqu'à mourir, au nom de la Parole. Ils sont vainqueurs par le sang de l’Agneau qu’ils ont versé, le sang de l’Agneau versé en leur martyr à eux qui sont de son Corps. Et ils sont vainqueurs, je crois, avec la force de l’Esprit Saint, c’est sûr, dont participe peut-être, du coup, cette armée céleste ?

Je ne sais donc qui sont vraiment les anges et comment ils agissent, je le redis, mais en tout cas la Bonne Nouvelle qui nous est rappelée ce matin et qui est offerte à notre contemplation c’est celle qui est le mystère de notre foi, c’est la victoire du Christ sur tout mal et sur toute mort. Et c’est la Bonne Nouvelle aussi que nous ne sommes pas seuls dans ce combat contre le mal.

Alors au cœur de ce que nous vivons et au cœur de ce que nos traversons peut-être, nous ou nos proches, mais aussi pour ce monde assailli par les forces du mal, demandons à Dieu, ce matin, dans cette eucharistie, qu’il déploie sa puissance sur nous, que ses anges nous accompagnent et livrent avec les nous le combat du salut. Pas à notre place, mais bien avec nous. Amen.

———————

Petite réflexion complémentaire... Ces trois archanges disent trois réalités de notre vie avec Dieu : (1 ) le combat spirituel et la victoire contre le mal, (2) l’annonce de la Parole, et (3) la guérison et la compassion…

Publié dans Homélies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :