La présence pure - Bobin

Publié le par Christophe Delaigue

L'écriture est puissante et profonde... en même temps qu'elle est tendre et dense de sentiments... Le texte est un chant à la vie alors même qu'il a quelque chose de décapant...

Un arbre... et un vieillard en fin de vie, atteint de la maladie d'Alzheimer... Un homme, un fils, qui les voit et les visite, qui parle et qui raconte. Le témoignage de Christian Bobin quant à son père et ce qu'il devient, ce qu'il est, une présence pure.

Certes c'est beau, là où la maladie est pourtant terrible et éprouvante... Mais notre auteur est poète et sait voir et dire l'essentiel de la vie qui est là et qui fuit... sans nier pour autant les difficultés, la souffrance qui est là...

Tout dit la vie dépouillée en son essentiel...tout annonce la mort qui fait déjà son œuvre... mais la vie est là, qui surgit encore ou qui se donne à recueillir...

« J'écris dans l'espérance de découvrir quelques phrases, juste quelques phrases, seulement quelques phrases qui soient assez claires et honnêtes pour briller autant qu'une petite feuille d'arbre vernie par la lumière et brossée par le vent » (p. 43).

« La maladie d' Alzheimer enlève ce que l'éducation a mis dans la personne et fait remonter le coeur en surface » (p. 46-47)...

Christian Bobin raconte ici son père et sa maladie, et ces autres personnes en fin de vie qu'il rencontre dans cette maison de long séjour.... Un témoignage saisissant... et surtout puissant dans son écriture et les émotions qu'elle partage...

Un récit qu'il a fait bon relire et redécouvrir...

----------------

Christian Bobin, La présence pure, éd. Le temps qu'il fait, septembre 1999, 66 pages (désormais disponible chez Gallimard, format poche, augmenté d'autres textes).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :