Homélie mardi 13 avril 2021

Publié le par Christophe Delaigue

Mardi de la 2ème semaine du temps pascal

Ac 4,32,37 / Ps 92 (93) / Jn 3,7b-15

 

Je me demande si avec la Bonne nouvelle de la résurrection et ce que nous en donne à entendre nos 1ères lectures de ces jours, avec cette espèce de belle euphorie de la 1ère communauté chrétienne, cette description un peu idyllique de leur vie ensemble et de la puissance agissante de la résurrection, je me demande s’il n’y a pas un petit risque pour nous à y croire – en la résurrection – un peu par la persuasion.

Je m’explique : on célèbre la joie de Pâques, on la chante à coup d’alléluias à tout bout de chants, en plus il faut y croire puisqu’on est chrétiens et que c’est le cœur de notre foi – sans quoi d’ailleurs notre foi est vaine, nous dit St Paul –, c’est une belle espérance, amen-alléluia !

J’en rajoute exprès, mais quand même. Le risque c’est que ça reste des mots, tout ça, c’est que ce soit un peu artificiel, que ça nous reste un peu extérieur…

Il me semble que l’évangile de ce jour nous donne deux conditions pour éviter cela, qui sont comme un double appel qui nous est adressé, pour un réalisme spirituel :

  • Dans la suite d’hier, l’appel à « renaître d’en haut », à renaître « du Souffle de l’Esprit » Saint, lui qui est cette force agissante des apôtres après la Pentecôte, cette « grâce abondante [qui] reposait sur eux tous » et qui leur permet de témoigner de la résurrection « avec une grande puissance ».
  • Et l’appel à ne pas oublier de continuer à contempler le mystère de la croix dont il est question quand Jésus rappelle à Nicodème : « De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin que tout homme qui croit ait la vie éternelle ».

Laissons-nous étonner par ce rappel que nous donne à entendre la liturgie, ce rappel pour nous aujourd’hui, à peine sortis de l’Octave de Pâques. Comme pour un ré-ancrage dans le réel souffrant de l’humanité que le Christ ressuscité a assumé et traversé.

Entendons, réentendons, qu’on ne peut séparer mystère de la croix et joie de la résurrection, que les deux sont indissociables pour entrer avec le Christ en vie éternelle, que les deux sont liés, qu’il nous faut rester incarnés si nous voulons accueillir vraiment la Présence du Christ ressuscité et sa joie pascale, au cœur du réel concret de ce que nous vivons. Car celui qui a été élevé, qui est monté au Ciel, est bien celui qui s’est abaissé, qui est descendu du Ciel, et qui a été abaissé jusqu’à la mort sur la croix.

Nous le savons, nous l’avons célébré il y a quelques jours à peine, nous le célébrons à chaque eucharistie. Mais ça nous est donné à réentendre, comme pour nous dire à chacun :

« N’oublie pas. Là est le passage, là le Christ ressuscité vient et veut te rejoindre. Et c’est là qu’il te faut demander toujours et encore sa force de vie et de résurrection qu’est l’Esprit Saint, pour que lui, l’Esprit de vérité, te donne de connaître le mystère de Dieu qui nous sauve, mystère dévoilé et assumé par le Christ Jésus, Celui que le Père a envoyé et qui nous ouvre là un passage pour la vie éternelle… »

Or qu’est-ce d’ailleurs que la vie éternelle si ce n’est justement cela, comme le dira Jésus dans sa grande prière dite « sacerdotale », juste avant sa Passion ? « La vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ » (Jn 17,3) …

Figurez-vous que nous avons pile 40 jours à vivre jusqu’à la fête de la Pentecôte, 40 jours pour demander au Seigneur qu’il envoie toujours et encore son Esprit Saint sur chacun de nous et sur son Église tout entière. Un petit « carême pascal » pour renaître d’en haut, un petit « carême pascal » pour entrer dans une joie paisible en la résurrection, une joie incarnée, à l’écoute des appels de l’Évangile et des cris du monde.

Car c’est là, dans le réel concret de ce que traverse notre humanité, que nous sommes envoyés aujourd’hui pour y être témoins de la résurrection, témoins par notre louange mais aussi témoins en actes de salut. Amen.

Publié dans Homélies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :