Mictlán | Sébastien Rutés

Publié le par Christophe Delaigue

 

Alors là, franchement, c'est pour le moins original et déroutant. Un polar ? C'est en tout cas édité dans un collection “policier” et a reçu des prix dans cette catégorie.

C'est surtout original et déroutant dans ce qui nous est raconté ou comment ça l'est, sans même parler du premier chapitre où je me suis demandé dans quoi j'étais tombé, une sorte de long monologue dans la tête d'un gars qui conduit un semi-remorque, qui pense en spirale avec des allers-retours incessants mais au final sa pensée progresse au fil des souvenirs, de ce qui le travaille, de ce qui se passe autour de lui et de ce qui l'inquiète... Au-delà de ce chapitre introductif, donc, assez long et perturbant, l'histoire n'est pas banale. C'est le moins qu'on puisse dire !

Il y a Gros – qui est gros – et Vieux – qui est vieux –, qui se relaient pour conduire ce semi-remorque très spécial. Et pour cause : il transporte 157 cadavres, et évidemment on ne doit pas le savoir. Il faut donc s'arrêter le moins possible et surtout ne pas attirer l'attention...

Vous vous dites : oulala, mais c'est quoi ce truc ? Eh bien figurez-vous que le point de départ de ce récit c'est un fait réel, un semi-remorque contenant 157 cadavres découvert en septembre 2018 au Mexique, sur un terrain vague. Oui oui !! Comme quoi... La question c'est pourquoi ce semi-remorque et pourquoi ces corps...

Et puis... qui sont-ils Gros et Vieux et qu'est-ce qu'ils font là avec ces cadavres ? Et tous les autres qu'on va d'ailleurs croiser, déjà morts ou bientôt !

Franchement c'est déroutant et original. Mais c'est pas mal du tout. Et pas très long. Et... l'autre mot qui me vient : c'est étonnant. Oui c'est ça : étonnant, déroutant et original. Et assez unique en son genre ! Avec au passage, dans le dernier tiers, une petite réflexion ou parabole sur Dieu et nos vies qui semblent parfois partir dans le décor : où est-il, que fait-il ? Pas mal pensé, vous verrez !

--------------

 

Sébastien Rutés, Mictlán, folio policier, mars 2021 (Gallimard, 2019), 157 pages (format poche).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :