Le blog de Christophe Delaigue, prêtre à Grenoble : homélies, cinéma, lectures…

Homélie jeudi 7 avril 2022

Homélie jeudi 7 avril 2022

Jeudi de la 5ème semaine de Carême

[Carmel ND de Surieu]

Gn 17,3-9 / Ps 104 (105) / Jn 8,21-30

 

Il y a quelque chose d’inaudible, en tout cas d’un peu incompréhensible, dans ce que Jésus annonce et promet : « si quelqu’un garde ma parole, dit-il, jamais il ne verra la mort. »

Qu’est-ce que cela veut dire ?

Comme souvent dans l’évangile de Jean, il y a une sorte de quiproquo de mots et de sens, pour provoquer comme un déclic et une réflexion, et surtout pour nous emmener au-delà de nos compréhensions premières ou immédiates du sens des choses.

De quelle mort nous parle Jésus, ici ? Lui-même va mourir, comme Abraham et les prophètes, et nous tous qui essayons et apprenons à le suivre allons mourir aussi, nous le savons bien. De quelle mort nous parle-t-il ? La mort comme fin de tout, la mort-néant, la mort comme fin définitive de toute vie ?!

Il est en fait question de vie éternelle en ces quelques mots de Jésus : « si quelqu’un garde ma parole, jamais il ne verra la mort », c’est-à-dire : il vivra pour toujours, éternellement.

Rappelons-nous : qu’est-ce que la vie éternelle ? Dans sa grande prière en Jn 17 Jésus nous dira : c’est de connaître le seul Dieu vivant et vrai et celui qu’il a envoyé, Jésus-Christ. Connaître Dieu, comme lui le Christ le connait. Connaître Dieu et connaître le Christ Jésus, son Fils, qui nous le révèle pleinement.

Connaître, c’est-à-dire comprendre qui il est – qui est Dieu –, mais plus que cela : vivre en relation, en intimité, avec lui et en lui.

Pour cela, nous dit Jésus, il s’agit donc de garder sa Parole. Et donc de l’écouter, comme nous le faisons jour après jour. L’écouter et la ruminer, la manger cette Parole – rappelez-vous le discours du Pain de Vie (en Jn 6, et notamment les versets 47-58). Il s’agit de nous laisser ainsi former et façonner par elle. Pour la mettre en pratique et en vivre. La faire connaître, aussi. Et vivre ainsi de la vie-même de Dieu.

Parce que, oui, à l’écoute de la Parole, nous connaissons et nous apprenons à connaître qui est Dieu. Et oui, à l’écoute de la Parole nous entrons plus encore en relation et en intimité avec lui. Et cela nous décentre alors de nous-mêmes et nous tourne vers le monde. À la fois pour y vivre l’évangile et l’annoncer – pour la plupart d’entre nous en Église, disciples de Jésus –, mais aussi pour porter ce monde dans la prière – ce qui est votre mission première mes sœurs, comme consacrées et comme contemplatives…

Garder sa Parole, pour vivre à la suite de Jésus, c’est chemin de vie éternelle. C’est notre « terre promise ». Vers cette vie à venir, par-delà toute mort, mais déjà en cette vie à laquelle nous goûtons et qui s’ouvre et se donne déjà à nous. C’est déjà vie éternelle dans l’aujourd’hui de nos jours où nous apprenons à connaître et à aimer Dieu, pour le faire connaître et le faire aimer.

Nous sommes promis à cette éternité qui est vie en intimité avec notre Créateur et Sauveur. Et votre vie donnée, mes sœurs, en est le signe et le rappel au cœur de l’Église et du monde.

Nous sommes promis à cette éternité qui est vie en intimité avec le Seigneur notre Dieu mais cela n’est pas seulement pour nous, c’est pour le monde – l’Alliance avec Abraham est bien bénédiction pour toutes les nations – ; ce monde et tant de nations qui vivent tellement loin de Dieu...

Nous avons de quoi prier ! … et de quoi mettre en pratique…

Tout seul, nous le savons bien, nous ne pouvons pas grand-chose. Y compris pour tenir dans la prière et l’écoute de la Parole – pour la garder. Alors dans cette eucharistie, demandons au Seigneur sa force pour chaque jour, et pour ce jour déjà, pour nous et pour tous dans l’Église.

Demandons sa force et de goûter à sa présence ; qu’il demeure en nous, pour que nous demeurions en son amour – comme il dira en Jn 15 –, et que nous puissions ainsi garder sa Parole et ses commandements, en vivre, et que cela porte du fruit, son fruit de salut, ce salut que le Père veut pour nous et pour ce monde. Amen.

Retour à l'accueil
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :