Celle qui attend

Publié le par Christophe Delaigue

 

Un des intérêts, pour moi, de la littérature comme du cinéma, c'est de me faire entrer dans une part d'humanité qui n'est pas la mienne, dans des expériences humaines qui ne sont pas miennes, de me faire comprendre mieux la complexité de ce que nous vivons ou plutôt de ce que les uns et les autres sont parfois amenés à vivre...

Ce petit roman que je recommande là nous fait entrer dans l'univers carcéral et dans celui d'une famille qui e retrouve ainsi éloignée, séparée.

Nous sommes aux côtés d'Alexandre, jeune papa d'origine camerounaise, qui se retrouve incarcéré à Fleury-Mérogis, à quelques jours du déménagement de sa famille à Bâle où sa femme va travailler. Plusieurs mois de prisons, plusieurs mois d'attente, de part et d'autre, et sa peur que sa petite fille de 3 ans l'oubli ou que sa femme ne l'attende pas. Il leur écrit, dès qu'il peut, et l'attente de réponses rythme ses jours et ses semaines.

Avec lui nous sommes plongés dans ce monde clos, avec ses règles, sa violence, ses peurs, la promiscuité des cellules, l'ennui, ce et ceux qui manquent, etc. Et avec elle, sa femme, dans ce vide qui se crée, la fatigue de l'attente...

Au coeur de cette épreuve, c'est l'écriture qui le sauve, lui qui n'était ni scolaire ni un littéraire. Et c'est ce qui lui revient de son histoire, de leur histoire, ses souvenirs qu'il nous raconte et qui le font tenir dans son humanité.

C'est inspiré d'une histoire vrai. Et Camille Zabka signe là son premier roman. Professeur de lettres modernes elle anime aussi des ateliers d'écriture en prison, à Fleury-Mérogis justement. Le style est simple, ce n'est pas de la grande littérature qui marquera son siècle, mais c'est réussi, on passe un bon moment de lecture et cela joue son rôle, nous faire entrer dans ce monde et dans la peau et la tête de cet homme comme de sa femme. Intéressant.

--------------

Camille Zabka, Celle qui attend, éditions de L'Iconoclaste, avril 2019, 265 pages, 17€.

--------------

Autre proposition pour entrer un peu dans ce monde, le film O.G. de Madeleine Sackler, avec Jeffrey Wright, disponible en VOD.

L'histoire d'une fin d'emprisonnement de près de 25 ans, aux Etats-Unis. Les gangs, la pression des agents de sécurité, l'arrivée de nouveaux, une liberté conditionnelle qui s'annonce, une certaine peur de retrouver le monde du-dehors, les programmes de justice réparation, etc.

L'histoire des derniers jours d'emprisonnement d'un homme qui va jouer sa sortie en se liant à un jeune nouveau qu'il veut protéger et former à ce monde assez impitoyable...

Là aussi, intéressant et en plus bien joué. Une production HBO films.

La bande originale (en VO non traduite)...

Celle qui attend

Publié dans Romans et récits

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :