Concile et retour à l'unité

Publié le par Christophe Delaigue

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51DPRUE4cuL._SL500_AA300_.jpgJe n'avais jamais lu de livre de Hans Küng, même si j'en ai récupéré un ou deux quand j'étais séminariste dans des bibliothèques de prêtres décédés. Jamais lu car jamais conseillé dans mes études, parce que Hans Küng n'est pas en odeur de sainteté dans l'Eglise depuis quelques années, pour tout un tas de raisons que je n'entends pas développer dans ce post'.

Ceci dit, le théologien Hans Küng fut un très bon théologien, reconnu dans l'Eglise, proche même à un certain moment de celui qui deviendra le pape Benoît XVI, notamment à l'époque du concile Vatican II où il fut comme lui et aux côtés d'un Yves Congar un des experts importants et remarqués. Sauf qu'on ne le dit plus et qu'on ne le lit plus à cause de sa mise à l'écart de ces dernières années.

Quel dommage ! Car quel dommage de passer à côté de livres tels celui-ci : Concile et retour à l'unité. Un livre passionnant et fort stimulant pour qui veut travailler ou comprendre les enjeux du conciles Vatican II et de la question oecuménique de la recherche de l'unité des chrétiens (presqu'inimagineable à l'époque !).

Hans Küng fut expert au concile Vatican II. Dès l'annonce du concile par Jean XXIII en 1959, il se mit au travail. Et c'est ainsi qu'il publie en 1960 ce livre que je ne peux que recommander, au sous-titre tellement significatif : "Se rénover pour susciter l'unité". Le mot "rénovation" peut sonner un peu bizarre à nos oreilles du XXIème siècle. L'idée est la suivante : retrouver nos sources pour vivre un renouveau de l'Eglise, ce qu'appelait justement de ses voeux le bon pape Jean, et par là même travailler à l'unité des chrétiens, ce qui fut un des buts du concile tel que le souhaitait ce même Jean XXIII en décidant et annonçant cet évènement tellement capital pour la vie de notre Eglise (je ne cesse de le redécouvrir et de l'approfondir au cours de mes lectures de cet été).

Certains eurent peur que le concile réforme l'Eglise et donc la change (pourtant il y avait besoin, il me semble !). Hans Küng nous montre avec patience et intelligence combien l'Eglise n'a cessé de se réformer au long des siècles pour que son message soit audible dans les époques qui furent les siennes, combien l'Eglise a besoin de se réformer pour être fidèle à l'évangile, mais dans l'écoute et la fidélité à cet évangile et à la Tradition de l'Eglise, à l'écoute aussi de son histoire et des questions qui l'ont traversée.

Une question capitale que se posera le concile Vatican II et que nous pose déjà Hans Küng est celle de savoir si nous voulons aller vraiment à la rencontre de l'autre ? Or dialoguer c'est nécessairement se mettre à l'écoute et donc accepter de se laisser bousculer. Non pas pour ne pas être fidèle à ce que l'on est, mais pour se rendre capable d'une rencontre véritable. Voilà ce qui se joue derrière les expressions de "réforme" et de "rénovation" de l'Eglise. Et Hans Küng - comme le concile - est persuadé que c'est une condition essentielle et incontournable dans l'Eglise mais aussi pour un dialogue en vérité avec nos frères chrétiens séparés, et qu'il n'y aura pas de retour à l'unité qui soit possible sans ce détour vers l'autre, par l'autre et sur soi.

Se réformer, ce n'est pas se laisser déformer, c'est retrouver ses sources. Cela appelle alors des "rénovations" pratiques, institutionnelles ; cela appelle également une purification d'un mode de présence au monde, qui fut toujours fortement lié aux aléas de l'histoire, et des formulations de foi, liées elles aussi à l'histoire mais également à des cultures et des enjeux parfois politiques.

Très concrètement, au niveau institutionnel, Vatican II travailla au rééquilibrage ecclésiologique du concile Vatican I, entre papauté et collégialité des évêques, ce qui est très présent tout au long de ce livre passionnant.

Je n'en dis pas plus - d'autant que je le dis mal au regard de l'intérêt de ces pages. Je vous laisse donc vous y plonger, si vous avez le courage et surtout l'envie !

 

Hans Küng, Concile et retour à l'unité. Se rénover pour susciter l'unité. Cerf, coll. Unam Sanctam n°36, décembre 1960, 184 pages.

Publié dans Théologie, Oecuménisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :