Le blog de Christophe Delaigue, prêtre à Grenoble : homélies, cinéma, lectures…

Caravage

 

Je ne sais trop que penser de ce film. Je trouve que Riccardo Scarmacio joue vraiment très bien Le Caravage, mais encore qu'on aurait presque l'impression d'un plongée immersive dans les tableaux du maître tant les jeux de clair-obscur sont bien rendus et présents tout au long du film. Après... je ne sais trop...

Je ne sais trop car on peut en sortir troublé : l'Eglise était-elle vraiment ainsi, prise par une forme de goût du beau qui deviendrait presque goût du luxe et prise en même temps par une forme de débauche et de luxure de certains de ses prélats ? Malheureusement oui, pour une part, à cette époque en tout cas... Et Le Caravage, lui qui a tant voulu peindre le réel et par là-même l'incarnation, avait-il ou non la foi ? Sur ce point le film peut laisser songeur, virant presqu'à une forme de panthéisme dans la finale... Et notre homme, est-il mort ainsi ? C'est du moins une interprétation et une hypothèse car le mystère semble entourer les derniers jours de la vie du peintre...

Concrètement on suit l'enquête d'un homme d'Eglise qui doit dire au pape si oui ou non on peut gracier Le Caravage qui a été condamné à mort. Et savoir en même temps si sa peinture respecte la foi de l'Eglise... C'est pas mal vu, ça nous plonge dans l'histoire de ce peintre de génie, mais ça piétine aussi, ça peine par moments à avancer. C'est du moins mon impression.

J'étais à la fois content de voir ce film et me plonger un peu ainsi dans l'oeuvre du maître. Et en même temps un peu déçu ou perturbé... Je ne sais trop qu'en penser du coup... Je vous laisse juges !

Aux côtés de Riccardo Scarmacio qui interprète Le Caravage on retrouve Louis Garrel dans le rôle de celui qu'on appelle L'Ombre (c'est lui qui enquête) et Isabelle Huppert dans celui de la marquise Constanza Colonna (protectrice du peintre). Un film de Michele Placido.

Retour à l'accueil
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :