Tu ne tueras point

Publié le par Christophe Delaigue

C'est un film de guerre, réussi je trouve mais très violent, avec des scènes de batailles très dures... D'autant plus violent sans doute que le 1er tiers est un peu “à l'eau de rose” ou, pour le dire autrement, un peu “Petite maison dans la prairie”. Mais sans doute cela renforce-t-il du coup – c'est peut-être le but – le côté terrible de cette bataille ici racontée et le côté tellement surprenant et presqu'irréel de l'exploit du héros de cette histoire qui est, je le rappelle pour ceux qui ne le savent pas encore, une histoire vraie.

Nous sommes en 1945, le jeune Desmond Doss (Andrew Garfield) s'engage dans l'armée après avoir rencontré une belle infirmière qui va devenir son épouse. Desmond a grandi dans une famille où l'on découvre vite la violence qui habitait son père, revenu hanté de la guerre de 14-18. Desmond veut servir son pays, mais il refuse de toucher une arme, au nom de son histoire personnelle, qui va se révéler peu à peu et au nom de sa foi chrétienne : il est protestant, membre de l'Eglise adventiste du 7ème jour. Il veut participer autrement, comme infirmier. Sauf que ça ne marche pas comme cela dans l'armée américaine où l'on va tout faire pour le décourager ou le faire changer. C'est mal comprendre ce curieux jeune homme qui va devenir un héros lors de la bataille d'Okinawa, au Japon, en mai 1945. Son objectif sera très simple (dans les mots, moins sur le front) : sauver le plus de vies possibles.

Un film de Mel Gibson qui vient nous dire que le courage n'est pas forcément où l'on croit...

La bande annonce...

Publié dans Cinéma