Eglise de Marie, Eglise de Pierre

Publié le par Christophe Delaigue

 

Ce livre est un petit essai d'ecclésiologie que l'on doit à Sandra Bureau, vierge consacrée du diocèse de Lyon, docteure en théologie, membre d'une communauté nouvelle missionnaire et professeure au séminaire de Lyon, où sont en formation nos séminaristes du diocèse de Grenoble-Vienne. Ce livre m'intéressait donc à plus d'un titre !

Tout commençait bien... Mais je me retrouvais vite autant passionné que pourtant déçu... Je me réjouissais de ces pages, une femme nous parlant de l'Eglise, sans doute aussi de la complémentarité des vocations et des états de vie pour la mission, et de la place des femmes, sujet ô combien d'actualité et d'importance. 

Tout commençait bien, oui, et je fus pris de suite par le style et la façon de penser et d'écrire, ce qui m'a d'ailleurs tenu jusqu'au bout. Je me réjouissais d'un début de lecture très prometteur, passionnant, mais qui me laissa au final sur ma faim...

Car si le premier chapitre est, je trouve, excellent, sur l'anthropologie biblique – une lecture stimulante, dynamique et dynamisante, non sans ne certaine forme d’humour en plus – et si les deux chapitres suivants sont plutôt intéressants, même s'ils me posent un certain nombre de questions, force est de reconnaître que les dernières pages se sont avérées pour moi fort décevantes. Avec cette impression qui m'est venue : tout ça pour ça ?  Comme si au final on défendait ce qui est, on tentait de le justifier, par une pensée qui aurait pu nous emmener tellement plus loin, je crois... Dommage donc... Dommage...

Alors, me direz-vous, pourquoi parler ici de ce livre ? C'est vrai, après tout... Mérite-t-il qu'on lui accorde de notre temps ? N'y a-t-il pas mieux à lire ? Sans doute. Mais si j'ose quand même lui accorder ici une place c'est d'abord parce que la question est d'importance et qu'il est bon que des gens osent s'y atteler, même si ça peut nous paraître décevant. Il nous faut réfléchir à ces questions et là une occasion nous est donnée. Saisissons-là. Mais n'en restons pas à ce qui est ici avancé, entendons un appel à lire ensemble, notamment avec des femmes, et travaillons, réfléchissons, tentons d'aller plus loin !

Lire ses pages aussi parce que le premier chapitre vaut vraiment le coup. Vraiment. Et que le suivant, sur l'Eglise dite pétrinienne, hiérarchique et institutionnelle, appelle de vraies questions, notamment sur la question de ce qu'on appelle un peu vite le sacerdoce, pour parler du ministère. Certes j'ai été un peu étonné qu'on puisse en parlant tant sans parler d'abord du sacerdoce commun des fidèles, le sacerdoce baptismal. Certes ça vient dans le chapitre suivant, mais n'y a-t-il pas à articuler plus et avant-même tout autre développement ? Et dans ce chapitre suivant sur l'Eglise dite mariale, entendons cette autre question importante des charismes au service de la mission. Mais attention ! Le cléricalisme nous guette quand l'auteure fait du seul prêtre et même du curé le seul qui aurait capacité ou pouvoir ou mission de discerner la juste place de chacun... Qu'est-ce que cela veut dire ? Je crois que c'est faux, qu'une Eglise synodale et qui vit vraiment toutes les dimensions du sacerdoce baptismal doit offrir un discernement communautaire et ecclésial bien plus large... Il y aurait là aussi à développer, à travailler, à réfléchir, pur aller plus loin...

Et quid de la mission de chacun, au service de l'annonce du salut ? Je suis étonné que ça prenne si peu de place en ces pages pour ne pas dire quasiment pas... Surtout quand on lit la finale de ce livre et qu'on se dit alors : tout ça pour ça ?!

Vous me trouvez sans doute un peu dur... Mais je le redis, l'intérêt de ces pages c'est de nous inviter à creuser, à travailler, à articuler les choses, à penser, à oser aller plus loin. Et l'intérêt serait de le faire ensemble, à plusieurs, dans la complémentarité de nos états de vie, de nos vocations, hommes et femmes, prêtres et théologiens et théologiennes. Et il y a du travail. Notamment, par exemple et encore, sur la question des ministères institués de lecteur et d'acolyte et de leur déploiement possible, seulement évoqué trop brièvement ici, mais qui méritent notre attention et qui pourraient dire plus qu'on ne croit sur l'Eglise et la mission et la façon de le vivre...

Je ne développe pas plus... Si vous voulez tenter cette lecture assez rapide et facile dans le style, allez-y malgré tout, que ça vous donne à réfléchir et pourquoi pas le goût d'aller plus loin et de vouloir travailler ces questions... Il y a en tout cas un vrai enjeu ecclésial et ecclésiologique pour aujourd'hui...

--------------

 

Sandra Bureau, Eglise de Marie, Eglise de Pierre, Mieux comprendre la place des femmes dans l'Eglise, Mame, septembre 2021, 104 pages (petit format), 13€90.

--------------

Pour celles et ceux qui voudraient commencer par un article sur cette même question de la place des femmes dans l'Eglise plutôt que par ce livre, c'est par là !

Publié dans Théologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :